La Russie en 10 points noirs

La Russie et son côté obscur

Tout n’est pas rose en Russie, c’est vrai. Alors j’ai décidé de vous présenter rapidement 10 points noirs parlants à retenir sur la Russie. Mais avant de les lire et de plonger dans son côté obscur, n’oubliez pas que la France, elle aussi, a au moins 10 points noirs…

  1. La corruption

    La corruption, c’est pas évident, c’est vrai qu’il y en a partout, quand même pas à tous les coins de rue, mais enfin… si. A ne pas confondre avec la mafia russe. La corruption, c’est l’affaire de tous et elle touche tout le monde. C’est le serpent qui se mord la queue. Il y en a à tous les niveaux dans la société ou presque, dans l’éducation et l’enseignement, dans l’industrie et la politique, dans les filières des soins et de la santé, dans les services municipaux et dans les services de police bien sûr.

    En Russie, tout ou presque s’achète. “Le parti des escrocs et des voleurs” comme dit le bloggeur Alexeï Navalny, touchait juste et bien au delà du parti de Poutine, son slogan touche en réalité tous les russes dans leur vie quotidienne face à la corruption érigée en système.

    Si tu ne payes pas, alors tu auras accès à des soins médicaux de moins bonne qualité ou médiocres, pour tes études, tu auras un diplôme de seconde zone… etc. D’ailleurs, le site de Navalny, Rospil, aurait il eu tel succès si la corruption n’était pas aussi répandue ? Si vous ne connaissez pas encore ce site, il permet aux russes de dénoncer les faits et affaires de corruption dans la Russie moderne de tous les jours.

    Photos Russie

  2. La paranoïa à la russe

    Et oui, les russes sont un peu paranoïaques. Il est vrai aussi qu’ils vivent dans un monde dur. Peut on dire que la paranoïa fait désormais partie intégrante de la culture russe ? La paranoïa de Staline était sans limites (voir ici l’article sur Staline et ses grands travaux à Moscou) et est devenue la paranoïa de l’URSS.

    Les Russes ont hérité du plus vaste pays du monde, difficile à conquérir et difficile à protéger comme pays, surtout lorsque les menaces viennent de partout, de l’extérieur comme de l’intérieur.

    A l’extérieur, les intérêts des grandes puissances sur l’échiquier mondial sur fond de guerre économico-financière. Et à l’intérieur des opposants au régime, quelques indépendantistes.

    La Russie construit depuis longtemps sa politique étrangère avec un brin de paranoïa. Un peu comme les Etats-Unis, la Russie a toujours un ennemi quelque part, une guerre à mener.

  3. Problèmes environnementaux

    Avec la chute de l’URSS on a rapidement découvert les dégâts d’une économie intensive dirigée par la première puissance militaire mondiale. Tout était bon pour servir le régime, les grands travaux, la gloire de l’URSS, puis l’effort de guerre. La culture des russes leur disait en plus que les ressources naturelles sont faites pour y puiser, sans limite, comme la Russie. On a rapidement vu les résultats.

    La Mer d’Aral s’est asséchée suite à l’exploitation intensive de champs de cotons qui ont pour leur culture nécessité de pomper toute l’eau en amont.

    Les épaves de sous marins de Mourmansk nous ont terrifié tout autant que l’explosion nucléaire de Tchérnobyl, qui même si elle s’est produite en Ukraine est bien avant tout l’explosion d’un réacteur nucléaire russe, explosion qui a généré un nuage que personne ne voulait chez soi et qui s’est promené partout où il le voulait causant des dégâts irréversibles.

    Il y a aussi les décharges nucléaires sauvages dont profitaient (profitent ?) les européens (Allemands et Français) et dénoncées par (entre autres) Greenpeace. Elles nous ont éclairé sur les agissements non seulement des Russes, mais surtout de nos grands groupes qui exportaient leurs déchets pour trois fois rien, sans se soucier de leur destination finale… n’importe où en pleine nature, sans protection et sans filets.

    Aujourd’hui les problèmes d’environnement touchent toutes les villes sur des aspects sanitaires tout à fait classique et plus ou moins désastreux en fonction de l’état de salubrité ou d’insalubrité des infrastructures urbaines. Honnêtement, il y a de tout. Ils touchent aussi les forêts, dont celle qui entourent Moscou, menacée d’être rasée pour des histoires d'”investissement”, “d’autoroutes”, comme les fleuves.

    Plus atypique, il y a l’histoire incroyable des king crabes qui ont tellement pullulé qu’il sont devenu une menace pour l’activité économique des pêcheurs d’Europe du Nord. Le king crabes progressent le long des côtes européennes et rien ne semble pouvoir les arrêter.

    Enfin, l’incapacité des autorités russes à lutter efficacement contre les catastrophes naturelles s’est révélée au travers de l’épisode des feux de tourbières qui ont déclenché des incendies sur de très vastes étendues et qui ont enfumé Moscou plusieurs jours dans un brouillard qui a ému les médias du monde entier. Les inondations de la région de Krasnodar n’ont fait que tristement renforcer ce trait. D’un autre côté, qui lutte efficacement aujourd’hui contre les catastrophes naturelles de grande ampleur ? Ni les américains à la Nouvelle Orléans, ni la communauté internationale lors du Tsunami, ni le Japon…

     

  4. Nationalisme et racisme

    Le racisme primaire ou le nationalisme sont assez présents en Russie. Le nationalisme a été avivé ces dernières années au lieu d’être réprimandé. Il est bien possible qu’il ait été l’un des instruments du pouvoir en place pour… rester en place.

    Il y a même eu quelques événements qui ont bien failli échapper à tout contrôle. Je me souviens de l’incendie à l’Institut de l’Amitié des Peuples en 2003 qui causa 37 mort et plus de 160 blessés. Un feu allumé par un bande de skins heads racistes primaires.

    Il y a eu des manifestations radicalement xénophone, anti caucasiens,anti-islamique et anti-immigrés orchestrées par des groupes ultra nationalistes sous les fenêtres du Kremlin en 2010. Certains groupes ont même menacé les ambassades étrangères en 2000-2002.

    Des bandes de skin heads rôdent parfois et commettent des agressions contre les gens de couleur (caucasiens, turcs, africains). Des meurtres raciaux sont commis en Russie. J’ai moi même vu plus d’un fois des types faire le salut nazi ou commencer à chercher des noises à la vue d’un noir ou de personne à la peau mate et devant tout le monde. En général, personne ne bronche. Ceci étant dit, il est rare que les gens se bougent par chez nous à la vue d’une agression.

    De l’autre côté on voit souvent à Moscou et ailleurs des africains se déplacer en groupes de 10 ou 15, parce que c’est absolument nécessaire pour eux si ils veulent éviter la plupart des agressions.

    En réalité, cela fait des années que cela dure, mais c’est vrai que le régime de Poutine n’a pas été spécialement hostile à cette tendance et à ses protagonistes.

    Pour ma part, je suis blanc et je n’ai jamais eu le moindre problème. Pour autant, la Russie est un pays où il faut être vigilant.

  5. Alcoolisme ravageur

    L’alcool, c’est grossomodo 100 000 morts par an en Russie, dont 1/4 par intoxication à l’alcool et les 3/4 restant des suite d’un abus d’alcool prolongé.

    Contre ce ravage, des mesures sont prises, des lois sont votées, mais tout cela ne sert à rien. Les russes connaissent toutes les ruses pour contourner les lois et arriver à leurs fins.

    Il achètent l’alcool avant le couvre feu de 22 heures. Ils corrompent les vendeurs. Ou ils font eux même leur propre vodka à la datcha (samagon).

    Et chaque année on assiste aux même scènes de faits divers aux informations. Certains pêcheurs (dont certains picolent plus qu’ils ne pêchent) se retrouvent sur un bout de glace qui se détache à la débâcle et les emmène pour se noyer. D’autres en été se baignent complètement murgés et se noient là encore.

    Youtube regorge de vidéos amateurs de très mauvaise qualité où l’on voit des russes fortement alcoolisés tenter de traverser une route, de tenir debout de ramper pour rentrer chez eux… un spectacle affligeant.

    Je me souviens lorsque j’étais à Moscou avoir vu plusieurs fois des types qui visiblement dormaient en pleine rue, en plein jour, complètement imbibés d’alcool. Ils étaient tombés là. Parfois c’est assez drôle, comme ce type dont les pieds dépassaient d’un buisson. On se demandait sérieusement vu l’épaisseur du buisson comment il avait fait pour y faire rentrer le reste.

  6. Les ventes d’armes

    De 2001 à 2005, la Russie était le premier Etat au monde à vendre des armes devant les Etats-Unis en deuxième position et la France en troisième position. La Russie oscille entre la première et la troisième position des exportateurs d’armes et la France, troisième, quatrième…

    La tristement célèbre Kalachnikov fait toujours l’objet d’un commerce florissant et les nouvelles technologies viennent renforcer l’offre d’armes en tout genre que la Russie offre sur les marchés internationaux.

  7. La mafia russe

    Souvent confondue avec la corruption, la mafia russe a une place dans la tête de tous ceux qui pense un jour ou l’autre à la Russie. Soyons clairs, la mafia, c’est le crime organisé.

    La mafia russe est une réalité. Elle a pris son essor à la fin de l’ère soviétique, sous Gorbatchev, mais c’est surtout sous Boris Eltsine et l’effondrement intégral de ce qui restait du régime que la mafia s’est développée en Russie.

    Des liens avec les hommes du Pouvoir et les oligarques se sont créés et se sont noués à une époque où les réseaux mafieux ont su se rendre indispensables, là où l’Etat et le système n’assuraient plus leurs fonctions.

    La mafia s’en ait prise aux trafics en tout genre, alcool, prostitution, drogues, mais aussi à celui des matières premières dont la Russie regorge et dont il était facile avec quelques pots de vins et hommes armés de détourner quelques cargaisons, trains entiers.

  8. L’écart entre plus hauts et plus bas revenus

    La pauvreté a elle seule n’est pas si grave que quand les écarts de revenus sont les plus grands. De récentes études (The Equality Trust) prouvent que plus les écarts en revenus sont grands, plus les problèmes sociaux qui les accompagnent sont lourds avec une relation de cause à effet.

    Cela se vérifie sur des domaines variés comme l’espérance de vie, la santé, la mortalité infantile, le taux d’homicides ou d’emprisonnement, le niveau de confiance des individus envers les autres, l’obésité et les maladies mentales, dont les addictions aux drogues et alcools… L’étude montre de même que le niveau d’innovation plus élevé dans les pays plus “égaux”.

    L’écart entre les bas et les hauts revenus en Russie est vertigineux. Et c’est peut être le cas en Russie plus que n’importe où ailleurs. En 2006-2007, la Russie comptait au moins 33 milliardaires et plus de 90 000 millionnaires. Un chiffre fou, incroyable. 90 000 personnes gagnant plus d’un million en dollars par an et parfois beaucoup plus. En 2012, le nombre de milliardaires est presque trois fois supérieur à ce qu’il était 6 ans plus tôt avec 95 milliardaires (classement Forbes).

    Pendant ce temps, la pauvreté augmente. On parle de plus de 23 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté en 2011 (Rostat).

  9. La més-information et nos mass médias

    La Russie fait peur, si on s’en réfère à nos médias, elle horripile et horrifie. Présentée comme le vilain petit canard, elle a une image qui même si elle a progressé, est souvent teinté de noir profond, de désastre et de menace pour le monde entier.

    Parler de Russie dans les journaux n’est pas si courant en dehors de certains lieux commun d’une Russie qui fait peur. Ecrire sur la Russie, toujours pour ce qui est de nos mass média, c’est souvent négatif, rarement constructif, et trop peu souvent bien renseigné.

    Pourtant, on parle de plus en plus de la Russie pour des histoires de démocratie, de politique, de conflits (par exemple en Syrie). Et toujours les articles qui nous parviennent sont négatif ou incomplet et/ou mal renseignés.

    Souvent, leurs auteurs se contentent de recopier rapidement et de faire la synthèse de dépêches AFP ou Reuters, à l’arrache, à la va vite et ça se sent. Parfois ils se débrouillent même pour laisser passer des erreurs… toujours défavorables à l’image de la Russie.

    Heureusement comme partout il y a des exceptions. Certains journaux ont eu l’intelligence de nouer des partenariat avec des agences de presses russes par exemple. Cela ne les rend par impartiaux, mais au moins ils prennent l’information à la source.  Mais la tendance est bien là et n’a pas beaucoup changé ces 20 dernières années.

  10. Visas

    L’obtention d’un visa constitue souvent le premier contact avec la Russie et c’est, avant même d’y entrer, la croix et la bannière (à moins de passer par une agence).

    Ceux qui ont fait la queue Boulevard Lann, dès 6h30 du matin pour être sûr de passer avant la fermeture des guichets savent de quoi je parle ici. L’attente se fait dans le stress et même presque dans une certaine paranoïa, après tout, on est vraiment pas certain de ressortir avec son visa.

    Ce rituel du visa est pénible il est vrai. Mais il faut dire aussi qu’il est équivalent dans les deux sens. Les témoignages de Russes faisant la queue à Moscou dans des conditions très pénibles ne sont pas rares et on attend qu’une chose, que les autorités de nos deux pays assouplissent ce régime froid rigide et indigne, hérité des soviets et de la guerre froide.

    Il semble d’ailleurs que des ouvertures commence à se faire sentir avec un certain assouplissement de part et d’autre… à suivre.

  1. Le russophile con et/ou prétentieux

    Le problème avec les cons, je ne vous apprendrai rien, c’est que partout, il y en a. Pour les prétentieux, c’est pareil malheureusement. La France en a son lot et la Russie n’y échappe pas. A la croisée des deux, le petit monde des russophiles, où il faut le dire il y a bien sûr des gens d’une très grande qualité, talentueux dans leurs domaines et ouverts d’esprit, prêts à imaginer le présent et même l’avenir. Ceux là ne contribuent pas au cloisonnement dont souffre le petit monde franco-russe.

    Attention, je ne dis pas qu’il y a plus de cons et de prétentieux dans la communauté russophile que dans n’importe quelle autre. Je dis simplement que ceux là font des ravages, y compris pour ce qui est de l’image de la Russie en France…

    Il n’y a qu’à regarder ce qui se passe sur la toile pour en avoir un aperçu. Les sites internet sur la Russie sont souvent assez anciens (ceux qui ne le sont pas se comptent sur les doigts de la main). Ils sont souvent poussiéreux, peu mis à jour ou tout simplement révélateurs de leur distance par rapport au monde qui bouge. En plus de cela, on sait rarement qui s’occupe réellement de ces sites, beaucoup sont anonymes. Certains prétendent carrément être d’autres. Cela n’incite pas à l’ouverture, ni à l’échange… mais quel est donc cet “accès à la Russie ?”

    Des types qui se comportent lamentablement, grossièrement, irrespectueusement ou qui sont tellement imbus de leur personnes qu’ils ne peuvent même plus dire “bonjour”… il y en a légion. C’est dommage. Le hic, c’est que la communauté n’est pas si grande (quoiqu’elle s’agrandisse) et que les enjeux valent largement un peu plus d’ouverture d’esprit.

    Rappelons simplement que les enjeux de la relation franco-russe, c’est de la culture et des affaires, des jobs, de la coopération, de l’aventure, en bref de la richesse… alors ne nous en privons pas. 🙂

D’autres points noirs concernant la Russie qui vous semblent importants à traiter ? Dites-moi lesquels dans les commentaires,

merci et à très vite,

21 Commentaires

  1. fabrice

    Tiens, j’étais à Minsk il y a peu de temps, (cf mon blog), c’est pas mal non plus!

    Réponse
  2. kornemuz

    Parlons aussi du danger permanent des automobilistes sur les routes, des milliers d’exemples sont sur Youtube!

    Réponse
    • Rémi

      Pour ce point, cela s’est très nettement amélioré dernièrement, avec notamment l’augmentation du tarif des amendes.

      Les automobilistes s’arrêtent même pour laisser passer les piétons maintenant (bon, pas tout le temps non plus, il ne faut pas rêver) :).

      Réponse
  3. Rémi

    Bonjour Thomas,

    Il vaut mieux avoir le moral avant de lire ton article :).

    J’ai quelques précisions à apporter.

    1) La corruption.

    Très très présente, c’est sur.
    C’est même un mode de vie (mais pas une spécialité russe).
    Et elle s’étend aussi aux européens présents (je rapelerai juste le scandale du consulat français aux alentours de 2005, et du trafic de visas…).

    2) Je n’ai pas vraiment compris ce que tu entends par paranoïa ? Ou plutôt de qui ? Du pays lui même ? De ses habitants ?

    3) Problèmes environnementaux

    Le passif est lourd ici.
    Mais il y a du progrès, les populations sont de plus en plus sensibilisées à l’environnement même s’il y a encore du travail.

    4) Nationalisme et racisme

    Je découvre ce point. Autant j”ai pu y être confronté en France et en Suisse à une époque, autant je ne l’ai pas vu en Russie (pas tel que tu le décris en tout cas).
    Il est peut être récent ou spécifique à certaines régions/villes ?

    5) lLalcoolisme.

    Ouille oui.
    Enorme problème en Russie et difficile à combattre.

    6) Les ventes d’armes

    tu parles des ventes officielles… Idem les EU ou la France comme tu le signales d’ailleurs.

    7) La mafia russe

    Qui n’est pas qu’une légende et n’est pas présente qu’en Russie. Elle utilise largement la corruption.

    8) L’écart entre les revenus

    Moscou est la ville où il y a le plus de milliardaires. Et certains revenus sont en effet très bas. Il ne faut cependant pas tenir compte que des revenus : d’un coté de nombreux services sont gratuits, il n’y a pas d’impôts sur le revenu… de l’autre la vie dans certaines villes est très chères (Moscou est régulièrement dans le top 3 des villes où la vie est la plus chère au monde).

    9) Les médias.

    Ce point noir n’est pas lié à la Russie (quoique… 🙂 ) mais à nos médias.

    10) Les visas

    Anecdotique par rapport aux autres points noirs. Et comme tu le signales, pour les russes c’est la galère également pour voyager vers certains pays européens (dont la France).

    De plus personnellement, n’étant ni à Paris ni à Marseille je passe systématiquement par une agence spécialisée. Ce n’est pas beaucoup plus couteux et cela va tout seul.

    ____________________________

    J’ajouterai qu’il y a un facteur important à prendre en compte :la taille du pays (environ et de tête, 34 fois la France) et la grande variété de peuples (et de cultures) qui l’habitent.

    Il est difficile de comparer la vie dans l’Etat de Moscou avec celle de la Yakoutie par exemple ou de l’Oblast d’Oulianovsk.

    Certains de ces points noirs, réels à Moscou par exemple ne le sont pas forcément dans d’autres Etats.

    A bientôt.
    Rémi

    Réponse
  4. Thomas

    Salut Rémi,

    et merci pour ton super commentaire 🙂

    effectivement, cet article est un concentré.. c’était voulu, histoire de ne pas en mettre partout…

    tu as raison de pointer ce scandale des visas côté français… nous ne sommes pas épargnés par la corruption, c’est certain… et quelque fois, ça dérape fort aussi chez nous. Mais il n’y a jamais eu de répertoires en France mentionnant le montant des pots de vins pour obtenir tel ou tel service, comme il en existe en Russie sur le web… selon les régions…

    Essayes simplement de donner 10 ou 15 Euros à un policier français pour éviter une perte de points ou de permis par exemple… tu risque juste à tous les coups de sérieusement aggraver ton cas… alors que là bas, c’est bien connu, les force de l’ordre ont très souvent “un deuxième salaire”…

    Enfin sur la vie chère à Moscou, je connais ces ratings, effectivement… néanmoins, on peut encore vivre à Moscou avec 2500 Euro net tout en faisant la fête et en profitant un peu… par contre, il vaut mieux avoir de bons tuyaux.

    Merci encore pour ton commentaire éclairant, et j’espère à bientôt

    a+

    Réponse
  5. Antomarchi Anne

    Bonjour…Je ne comprends pas vraiment ce qui se passe sur votre blog, mais il ne m’attire pas: Les pussy Riot: Pourquoi une telle Médiatisation sur Ria Novosti reportage par Alexandre Latsa journaliste français, installé à Moscou… moi même je connais bien la Russie, je l’aime, elle n’est pas plus corrompue que la France ou le Québec.. j’ai tourné à Saint Petersbourg, un premier documentaire sélectionné au FIFA Festival International du film sur l’Art.. et je travaille sur un autre documentaire.
    Vous êtes injuste dans votre article en ométant des détails qui n’ont sont pas… et je ne vois pas où se trouve l’Art chez ces jeunes femmes: vous calomniez sans cesse. à lire:
    Un autre regard sur la Russie” par Alexandre Latsa

    La presse étrangère s’est passionnée pour un fait divers pourtant relativement sans importance : le dit procès des Pussy Riot. Reprenons les faits. Le 21 février 2012, 3 jeunes femmes encagoulées et déguisées envahissent la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou avec guitares et matériel sonores, et y entament une sorte de prière sous forme de chanson, blasphématoire et grossière (Avec des paroles telles que “Sainte Marie mère de Dieu, deviens féministe” ou encore “merde, merde, merde du Seigneur”),
    Si beaucoup de journalistes français présentent les jeunes filles comme les victimes d’une Russie quasi-totalitaire, il faut néanmoins rappeler que les Pussy Riot ont plusieurs fois durant les derniers mois organisé des actions “coup de poing” portant atteinte à l’ordre public (voir par exemple ici ou la). Pussy Riot n’est en outre pas seulement un groupe de rock, mais le volet musical d’un groupe anarchiste du nom de Voina (la guerre) et qui ces derniers mois a revendiqué de nombreuses actions que l’on peut ne pas trouver ni “drôles” ni “subversives”. Parmi elles l’organisation d’une orgie sexuelle avec des femmes enceintes dans un musée (le nom de l’action étant une insulte violente adressée au président Medvedev), se montrer en public nul et couvert de cafards, se masturber avec une carcasse de poulet dans une épicerie et en sortir en marchant avec la carcasse enfoncée dans les parties génitales, l’attaque à l’urine sur des policiers ou encore de tenter d’embrasser sur la bouche des représentants de l’or
    dre du même sexe. Ajoutez à cela de dessiner à la peinture des penis géants sur les routes ou encore la destruction de véhicules de police. ici:
    http://fr.rian.ru/tribune/20120808/195607508.html lorsque l’on a quelque chose è dire on le fait autrement.

    Réponse
  6. Hamadouche Slimane

    cher Thomas
    75ans de communisme ont tannés le cuir des Russes ,la soif de liberté le manque de consommation les privations de toutes sortes ,font qu’aujourd’hui après l’effondrement de l’URSS les gens se sont engouffrés dans cet espace de liberté sans lois au départ de la nouvelle Russie ,c’est vrai tout ne va pas bien , mais que de grands progrès depuis 20 ans , la Russie est comme un enfant ,elle réapprend à vivre , cela est peut être très dur pour le peuple , la pauvreté est encore présente , la corruption , les inégalités de salaires , bien sur que tout n’est pas rose , peut-ont demandé à un pays de faire d’un coup de baguette magique un paradis, soyons juste ,ce pays a connu des catastrophes en série qu’aucuns pays au monde , alors laissons le temps à ce très grand peule de soufflé , de toute manière la Russie sera le pays avec qui il faudra compter sur la scène du monde , Thomas ton article a vu juste ,mais tout n’est pas si noir que ça ,à très bientôt
    Slimane

    Réponse
  7. Thomas

    Salut Slimane,

    merci de ton msg

    tu as tout à fait raison, cet article est un condensé des points noirs. Et encore il n’est pas exhaustif, mais le but était de rassembler un maximum d’entre eux pour ceux qui sont parmis les plus visibles en tout cas…
    a+
    🙂

    Réponse
  8. Olivier

    La lecture du sujet peut se faire dans les deux sens, voir les progrès et regarder le passé. La Russie a beaucoup d’atouts, il faut encore et toujours faire des efforts, mais soyons indulgents avec le peuple qui a tellement souffert et qui souffre encore. Nous avons en France, la fâcheuse manie de regarder chez les autres alors que j’ai nous il y aussi quelques points noirs “regardons nos politiques, notre police, nos institutions… ”
    Comme dit précédemment, la Russie est un immense pays, et les différences nombreuses climatiques, économiques, ethniques, géographiques, ce qui a des répercutions importantes sur le niveau de vie et les astuces pour s’en sortir.

    Réponse
  9. Christine

    Merci Thomas pour ce blog très vivant !!!

    Je suis plutôt d’accord avec Anne (au sujet des Pussy Riot, je n’ai pas lu ton commentaire, mais si les Pussy Riot avaient fait ça dans une synagogue, qu’aurait-on dit alors?). J’aimerais, tout simplement, que ce blog reste le plus “ouvert” possible, c’est-à-dire sans opinion politique trop marquée. Il est effectivement de bon ton, surtout dans la presse occidentale évidemment, de critiquer Poutine, et je suis certaine que ces critiques sont bien fondées pour la plupart. Mais il faut bien voir ceci, c’est que sans résurgence du nationalisme, de la fierté nationale des Russes, il est difficile de promouvoir espoir et renaissance économique, car il faut déjà croire en soi pour progresser. Il est encore plus difficile de tenir tête aux maîtres du monde, c’est-à-dire les USA, et pour le moment je ne vois que la Russie pour lutter contre l’hégémonie américaine.

    Dernier petit détail : pourrais-tu mettre dans ton adresse email quelquechose comme “Russie”, car je reçois beaucoup d’emails et souvent les tiens passent inaperçus car ton nom neul ne me saute pas aux yeux (désolée … ) et de plus j’ai plusieurs amis nommés Thomas…

    Réponse
  10. Antomarchi Anne

    Y en a un peu raz le bol d’entendre parler de mafia russe ça ne vous tente pas de parler de la mafia du Québec? depuis plus de quarante ans elle rayonne à tous les niveaux!!!!! mais quand on parle de la mafia russe on penserait que c,est eux qui l’ont inventée…et la mafia française? et italienne etc… moi je préfèrerais aborder un pays par 10 points positifs… ça serait bien plus intéressant…être positif ce n’est pas tentant pour vous? Si je vous disais que je n’ai eu que d’agréables surprises en Russie, j’ai produit et réalisé un documentaire ,,,et je ne connaissais personne…j’ai fait connaissance par internet et par téléphone et lorsque nous avons fait connaissance , ce fut le grand Amour!!!!!!! et je pourrais vous donner des exemples……. tant que vous en voulez…… Bonne soirée à tous!!!!!! Anne

    Réponse
    • BalanceTonGate

      Merci putain… Je croyais être le seul à penser comme toi

      Réponse
  11. Thomas

    Merci pour vos commentaires 😉

    Alors dans l’ordre, effectivement Olivier la lecture du sujet peut très bien se faire dans les deux sens, voir les progrès réalisé et regarder le passé, c’est l’histoire du verre à moitié plein.. à moitié vide en somme.

    Christine, j’ai la même lecture que toi sur les Pussy Riot et sur ce que cela aurait donné dans un autre pays, dans une autre église majeure d’une autre religion… Cela aurait fait un scandale et selon les pays, les sanctions auraient pu être bien plus sévères. Pour ce qui est de l’ouverture de Russie.fr, le blog est ouvert, je te le garanti. 😉

    Anne, tu sembles vouloir absolument t’accrocher à cet article dont le sujet est bien “Les 10 points noir de la Russie”… sans voir que j’ai publié sur Russie.fr plusieurs centaines de pages qui mettent en avant les très nombreux points positifs de la Russie. Je parlerai de la mafia québécoise avec plaisir sauf que Russie.fr parle bien de… Russie ! En espérant que tu saura trouver les autres pages du site, ce dont je ne doute pas 😉

    Merci pour vos commentaires
    Et à bientôt,

    Réponse
  12. Antomarchi Anne

    Écoute Thomas ici en Amérique du Nord les gens ne connaissent pas la Russie car tellement désinformée à cause de nos voisins : les USA que certains pensent que les russes font encore la queue pour manger… je dois te dire que si vous saviez véritablement ce qui se passe aux usa VOUS verrez que vous ne voudriez même pas vous y rendre…Je trouve les russes accueillants, courageux…Je trouve que les français sont ambigus où ils aiment ou ils n’arrêtent pas de tomber sur les russes… au risque de vous étonner, je trouve que Poutine est vraiment l’homme de la situation… et Washington voudrait bien le voir tomber… les anglo et autres pays européens étaient présents et impliqués des le début du siècle pendant la première révolution…Je crois qu’aucun pays au monde n’a évolué aussi vite que la Russie… si on calcule qu’en 1905 la noblesse régnait encore..Rappelez vous de 1789 en France …vous constatez que rien n’était pourtant parfait suite à cette révolution! Savez vous que Poutine et son ministre des finances a remboursé le FMI en 2005 avant terme:
    Et c’était la décision à prendre se libérer d’un joug qui ” pesait” fortement sur son pays… qui aujourd’hui est en mesure de régler les graves problèmes économiques que vivent quelques pays en Europe?
    Lire: ici: MOSCOU, 14 mai 2005- RIA Novosti. (Marina Poustilnik, commentatrice de RIA-Novosti). Les “vendredi 13” ont depuis longtemps mauvaise réputation. Quoi qu’il en soit, cela n’a pas empêché ce 13 mai, un vendredi, d’être le jour de la signature d’un accord officiel entre la Fédération de Russie et le Club de Paris sur le plus grand remboursement exceptionnel de dette de toute l’histoire de ce club des créanciers. A l’issue de trois jours de négociations à Paris, la Russie a été autorisée à rembourser avant terme 15 milliards de dollars sur sa dette qui se monte à quelque 43 milliards de dollars. Le budget russe économisera ainsi plusieurs dizaines de millions de dollars rien que sur les intérêts, alors que ses créanciers, dont l’Etat allemand est le plus important, toucheront les liquidités nécessaires à leurs budgets.
    Le 18 novembre 2004, le Président russe Vladimir Poutine a pour la première fois laissé entendre que Moscou était prêt à rembourser avant terme ses dettes au Fonds monétaire international (FMI) et au Club de Paris. Au cours des mois qui ont précédé cette déclaration, le gouvernement russe a accumulé au Fonds de stabilisation l’argent indispensable à l’amortissement de ces dettes. Le Fonds de stabilisation était constitué principalement par les recettes du budget fédéral provenant des taxes à l’exportation du pétrole, dont les prix avaient battu des records tout au long de l’année dernière. Ainsi, en l’espace d’une seule année, quelque 30 milliards de dollars ont été accumulés au Fonds de stabilisation qui ne cesse de grandir. Malgré l’opposition de certains membres haut placés du gouvernement fédéral, le ministre des Finances Alexeï Koudrine a quand même réussi à faire en sorte que l’argent accumulé au Fonds de stabilisation ne soit pas alloué aux programmes budgétaires. Il a su insister sur la nécessité du remboursement anticipé de la dette extérieure du pays.
    Les négociations avec le Club de Paris ont commencé en 2005. Au début, la Russie espérait pouvoir rembourser toutes ses dettes avant terme, mais obtenir aussi et surtout en contrepartie de cette initiative une substantielle réduction sur la somme à rembourser. Néanmoins, ces espoirs des négociateurs russes ne se sont jamais réalisés, car les créanciers qui escomptaient des intérêts n’ont consenti aucune réduction. Pire, selon certaines informations, ils auraient même revendiqué une prime pour avoir accepté l’amortissement anticipé de la dette russe. La situation s’aggravait, entre autres, du fait que l’unanimité ne régnait pas parmi les créanciers eux-mêmes, car certains d’entre eux avaient plus besoin que d’autres d’argent liquide. Mais déjà à l’époque, certains analystes faisaient remarquer que le Club de Paris n’était pas en position de marchander avec la Russie. Tim Ash de la société d’investissement “Bear Sterns” a, par exemple, déclaré à l’agence Reuters en février dernier: “Il est tout à fait absurde de réclamer des compensations quelconques. Le remboursement de la dette selon sa valeur nominale, c’est tout ce que peut revendiquer le Club de Paris. Qui plus est, le risque n’est pas exclu que la Russie se retire des négociations en cours et utilise les liquidités disponibles du Fonds de stabilisation pour racheter ses autres créances”.
    Initialement, les autorités russes auraient voulu rembourser au Club de Paris au moins les deux tiers de l’ensemble de la dette, c’est-à-dire 30 milliards de dollars. On prévoyait à l’époque d’échelonner l’amortissement des dettes sur deux ou trois ans. Néanmoins, au cours des dernières négociations, les parties sont parvenues à un autre accord. Ne tenant pas du tout à perdre les intérêts sur les remboursements, les créanciers n’ont accepté de toucher “que” 15 milliards de dollars, mais à condition que cette somme leur soit versée dans les quatre mois à venir, soit d’ici le mois d’août prochain. Le ministre des Finances Alexeï Koudrine a déjà déclaré aux journalistes que le remboursement anticipé d’une somme aussi importante permettrait à la Russie d’économiser sur les intérêts quelque six milliards de dollars. Selon l’information fournie par Alexeï Koudrine, au début, l’amortissement de cette partie de la dette avait été prévu pour 2020. L’économie sur les intérêts au cours de cette période va constituer ces six milliards de dollars qui peuvent désormais être investis dans l’économie nationale russe. A part l’entente enregistrée sur le remboursement anticipé de 15 milliards de dollars, les négociateurs russes ont réussi à persuader les créanciers de ne pas convertir la dette russe en eurobonds (comme l’a fait, par exemple, l’année dernière l’Allemagne avec une partie de la dette) pendant les dix-huit mois à venir. En outre, il n’est pas, non plus, à exclure que les créanciers acceptent de signer un accord supplémentaire sur l’amortissement anticipé d’encore 6 à 10 milliards de dollars sur la dette russe.
    Bien que la Russie n’ait pas réussi à obtenir un accord sur la totalité de la dette qu’elle voudrait rembourser, on a tout lieu de qualifier de réussite les négociations qui viennent de s’achever. En effet, d’un seul coup, la dette extérieure du pays s’est réduite de 15 milliards de dollars, et grâce à cela, dans les deux à trois ans qui viennent (de 2006 à 2008), le budget fédéral économisera quelque 2,25 milliards de dollars sur les intérêts. Bien plus, dans une perspective à moyen terme, cette économie pour le budget se montera à six milliards de dollars. La crise financière de 1998 en Russie et la pyramide de bonds du Trésor (GKO) avaient plongé le pays dans le gouffre du défaut de paiement de quelque 40 milliards de dollars de créances. Et voilà que seulement sept années plus tard, la Russie rembourse ses dettes. Bien plus, elle le fait en anticipant sur le calendrier.
    Cette réussite extraordinaire peut aussi élever la note souveraine de la Russie. Ainsi, l’agence de notation “Fitch Ratings” a déjà annoncé que l’entente enregistrée avec le Club de Paris pouvait contribuer largement à l’élévation de la note de la Russie. On doit sans doute évoquer tout spécialement la victoire remportée par le ministre des Finances, Alexeï Koudrine, qui a joué tout son capital politique pour obtenir que l’argent du Fonds de stabilisation serve à rembourser les dettes extérieures. Après avoir remboursé 15 milliards de dollars au Club de Paris, Alexeï Koudrine mettra le Fonds de stabilisation à l’abri de toutes les éventuelles ponctions destinées à financer les divers programmes gouvernementaux, car à l’issue des remboursements en question, le montant du Fonds de stabilisation se réduira pratiquement au niveau de la réserve intangible (18 milliards de dollars). Bref, Alexeï Koudrine peut se féliciter d’avoir allégé du fardeau de la dette, mais aussi et surtout d’avoir protégé l’économie russe contre la pression inflationniste supplémentaire qui n’aurait pas tardé à résulter de l’utilisation de l’argent du Fonds de stabilisation.
    En parlant de verre à moitié vide et verre à moitié plein Staline aussi n’avait pas que des défauts…lire ici la vérité sur STALINE: http://www.communisme-bolchevisme.net/joseph_staline_et_les_mensonges_de_la_bourgeoisie.htm
    *
    « A partir de l’été 1918, Anglais, Allemands, Français, Américains, Grecs, Polonais, Roumains et Japonais interviennent. » (Wikipédia, ‘La Révolution russe ― L’intervention étrangère’, http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_russe)
    Voici ce que W.CHURCHILL À DIT DE STALINE:
    Winston Churchill, le 21 décembre 1959, à l’occasion du 80ème anniversaire de la naissance de Staline :
    « C’était une chance pour la Russie que dans les années de grandes épreuves, à la tête du pays s’est trouvé le génie et inébranlable commandant, Staline. (…) Il était la plus brillante personne, qui tenait tête à notre cruelle et changeante époque, dans laquelle sa vie s’est passée. (…) Staline possédait surtout un sens aigu de l’humour et du sarcasme, et la capacité de saisir exactement nos pensées. Cette force de Staline était tellement grande, qu’il s’est imposé comme unique parmi les dirigeants d’Etat de tous les temps et de tous les peuples. (…) Staline nous impressionnait beaucoup. Il possédait une profonde sagesse, réfléchie et logique, privée de toute panique. Dans les moments difficiles, il était un maître invincible pour trouver une issue de la situation la plus empêtrée. Aussi bien dans les moments les plus critiques, que dans les moments de victoire, Staline était tout aussi retenu et ne tombait jamais dans les illusions. Il était une personne extraordinaire. Il a créé et soumis un empire énorme. (…) Staline a hérité d’une Russie à la charrue, et l’a laissée avec l’arme atomique. (…) Staline était un homme d’une énergie inhabituelle, (…) impitoyable dans les discussions, à qui même moi, formé dans le Parlement britannique, ne pouvais rien opposer (…) L’histoire n’oublie pas de telles personnes. »
    POUR TERMINER THOMAS SI TU AS DES ENFANTS, DES AMIS, TU VAS LES DÉCRIRE EN COMPTABILISANT LEURS POINTS FAIBLES ET LEURS DÉFAUTS? C’est une grave erreur! CE N’EST PAS AINSI QUE TU RENTRERAS EN RELATION AVEC EUX..Et tu ne construiras rien de bon avec eux.
    Je ne veux pas tout relever mais je n’ai jamais eu de problèmes a obtenir mon visa… même la première fois où personne ne me connaissait….au consulat.
    Regarde d’un peu plus près l’attitude de la France coloniale auprès de l’Afrique du Nord il n’y a pas de quoi être fiers!!!!!!!! et comme j’ai vécu en Tunisie j’étais aux premières loges… j’ai honte d’être française lorsque je pense à ça!!!!! l’être humain est parfaitement capable d’établir des relations durables avec d’autres personnes habitant dans un autre pays que le sien, si justement on s’applique à reconnaître ses qualités…et ses différences qui ne sont pas forcément des défauts,,,même si certaines habitudes devraient changer si on veut avoir de l’influence ce ne sera pas en les bombardant, sous prétexte d’instaurer la démocratie…ça c’est une autre histoire…

    Réponse
  13. macha

    votre blog est tres tres interressant moi qui suit une vieille dame “russse” je vous trouve tous passionnant et surtout passionnes par les mille facettes de notre russie continuez!
    merci
    macha

    Réponse
    • Christine

      Coucou Macha, oui, j’aime beaucoup ce blog et je suis ravie qu’une personne russe soit d’accord. 🙂

      Réponse
  14. Thomas

    Un grand merci à Masha pour ce message me touche beaucoup.

    Merci aussi à Christine, ça fait vraiment plaisir.

    Pour ce qui est de continuer… j’en ai bien l’intention 😉

    Réponse
  15. aline

    Franchement, un article pareil est assez outrageant, car il suffit de remplacer le mot “Russie” par n’importe quel autre pays, pour avoir strictement les mêmes résultats…

    A part le nationalisme, dont on comprend bien pourquoi en occident il est morigéné (que se passerait il en effet si les petits européens, dociles et lobotomisés, retrouvaient soudain leurs racines, leur histoire et le goût de leur propre nation, en souhaitant alors s’extraire du carcan de l’U.E., dont l’auteur de cet article ne remet pas en cause pour le coup, ni la formation, ni les décisions, et encore moins la fameuse “démocratie” dont elle se réclame, largement inspirée du modèle soviétique sévissant en ex l’URSS…), et s’avisaient de remettre à leur place tous ceux qui n’ont plus que deux patries contigues auxquelles ils prête ntune allégeance farouche : l’argent et le profit ???

    Il y a longtemps que l’occident devrait avoir cessé de donner des leçons au monde entier, et particulièrement à la Russie, qui s’est relevée de manière spectaculaire, de la grande braderie de privatisations et de ruine, dont ces mêmes occidentaux, avaient espéré profiter pendant des décennies après l’avoir mise à genoux..

    Continuer de considérer la démocratie, à l’aune de la Gay Pride et des génuflexion des dirigeants d’un pays à des intérêts financiers et industriels qui ne sont pas les leurs, est une forme de colonialisme très largement insupportable, particulièrement à l’heure où tout un chacun peut mesurer les résultats de l’économie ultra libérale et libertaire qui nous est imposée à marche forcée sous commandement américain.

    Au moment où internet permet de s’affranchir des médias mainstream qui sont alignés par habitude, idéologie, ou simple intérêt, sur la vulgate démocratique (qui compte quelques millions de mort à son actif, au titre des guerres que partout elle impulse en se drapant dans cet oripeau qui cache de plus en plus difficilement la prédation et la conquête), ce type de réflexion est de moins en moins tenable, car nombre de personnes cessent du jour au lendemain (comme moi), d’y accorder crédit sans retour possible.

    Il n’est pas question de dire que la Russie est la huitième merveille du monde, mais un article plus balancé aurait paru moins militant, et donc plus légitime et plus crédible.
    Personnellement j’ai atterri par hasard sur ce blog, mais je ne suis pas prête de l’échanger contre celui d’Alexandre Latsa, que j’encourage vivement tous ceux qui veulent avoir un autre avis sur la Russie, à visiter.

    La grande propagande de l’humanisme en peau de lapin, qu’on nous vend depuis tant d’année, en mettant chaque fois en avant un nouveau diable et un nouveau pays “voyou” (hier Saddam Hussein, Hugo Chavez, Mouamar Khadaffi, aujourd’hui Poutine), est en passe de s’effondrer, face à la cruelle réalité de la mise en coupe sombre des populations qui ont encore le tort d’y croire…

    Réponse
    • Thomas

      Bonjour Aline,

      et merci pour ton commentaire,
      Je suis l’auteur de cet article.

      tu es évidemment libre de penser ce que tu veux et d’aller suivre les blogs qui te plaisent, c’est le principe du web 😉

      Tu sais les goûts et les couleurs…

      Mais juger comme tu le fais de RUSSIE.FR sur 1 article est un peu rapide.

      Je devrais donc faire ci et ça et ça pas comme ci et ci pas comme ça… ? ou à peu près si je te suis…

      Si tu estime qu’on peut classer les dizaines d’autres articles (centaines ?), contenus, vidéos, livres numériques… et les nombreux échanges avec les lecteurs à la lecture d’un seul article… et bien libre à toi.

      Ce n’est pas mon avis. Mon avis est qu’on peut très bien lister quelques faits sans pour autant donner des leçons.

      Quand au rôle de l’Europe ou à la démocratie, si je devais les remettre en cause, ce serait certainement dans un autre article, plutôt que dans celui-ci… dont ce n’est tout simplement pas le sujet 🙂

      Mais bon, bien sûr, comme tu veux…

      a+

      Réponse
    • low income car insurance Kingstree SC

      la fin de vie est un sujet qui effraie tres souvent ….les priches comme la personne …et pourtant on a entendu parler de gens qui sont morts non pas résignés(!) mais paisibles mireille laurent sete

      Réponse
  16. Jennifer

    Merci pour cet article clair et sans langue de bois !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOS CADEAUX OFFERTS

PROGRAMMES D’ACCOMPAGNEMENT

Le-Déclic-Russe-Formation-de-russe-Débutant - formations de russe
La formation au Cas par Cas - Les Cas (déclinaisons)
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]