Le concours – 12 participants présélectionnés

Et bien voilà le moment que vous attendez depuis quelques jours. Voici tous VOS textes, pour ceux qui ont passé la présélection. Et vous êtes 12 à avoir respecté les consignes données au départ et à concourir pour les lots offerts par moi même et par mes partenaires : Hikari Editions et RapideVisa.fr

12 participants présélectionnés

Rappel : le thème devait être “Ecrire en quelques lignes une anecdote sur votre première impression ou votre premier souvenir sur la Russie”. Je suis très heureux de ce premier concours, car vous êtes 12 participants sélectionnés. Merci à toutes et à tous pour vos textes. Comme vous allez le voir le tout donne une palette d’anecdotes variées. C’est du vécu et il y a quelques perles.

Et maintenant que la présélection est faite, c’est à vous de jouer !

Comme prévu il n’en restera que 4 à l’issue du vote qui commence… MAINTENANT. Pour voter, rien de plus simple, il suffit d’indiquer vos 3 textes préférés par ordre de préférence parmi ces 12 dans les commentaires juste sous cet article. Attention pour que ce soit bien clair, indiquez votre choix comme cet exemple : 4, 6, 7 voudra dire que votre texte préféré est le texte 4, puis le 6, puis le 7 !

Les 4 récits les mieux notés au final remporteront les lots. Le récit gagnant sera celui qui remporté le plus grand nombre de votes.

Chaque lecteur ne peut voter qu’une seule fois (soyons fairplay). Mais vous pouvez inviter vos amis et connaissances à faire de même et à partager de même. Plus on est de fous… 🙂

Quand à moi, je garde mon choix pour moi pour le moment…

Jean-philippe

Mon premier contact avec la Russie eut lieu en mai 2013…

Le 9 mai : jour de fête nationale et quelle journée ! Rien à voir avec notre triste et poussiéreux 14 juillet. C’est tout le contraire : un défilé militaire bien sûr, des concours de force dans les parcs affirmant la virilité de chacun des participants, des chants et des danses traditionnels de toutes origines, des pétarades d’enfants ou d’hommes armés des fameuses kalachnikovs traçant le ciel, des barbecues géants si odorants mais ô combien savoureux, des distributions de riz par l’armée à chaque coin de rue, des feux d’artifices… Un superbe moment de communion, de fraternité et de fierté nationale certainement, sans distinction d’origine (ex colonies soviétiques ou non) ou de classe sociale.

Un choc et le début d’une passion pour ce pays, ce mastodonte si attachant plein de paradoxes, de contrastes, de moments durs mais aussi de charmes et de légèreté parfois. Mais ce jour fut surtout, pour moi, celui de la rencontre avec un regard bleu profond et des cheveux volant au vent sous une douce chaleur : une certaine Larisa. Ce fut le début d’une double passion : celle pour un pays au-delà des clichés surannés et celle pour une femme qui vous fait croire dans un futur merveilleux qui est aujourd’hui mon présent…

Philibert

Alphabétisation improvisée au pied de la préfecture

Il y a quelques années, pour procéder au renouvellement de la carte de séjour de Tania, l’amie de mon fils, de nationalité russe et qui est maintenant devenue ma belle-fille, nous nous sommes rendus à la préfecture de Cergy faire la queue vers 6h du matin afin de se trouver dans les premiers à l’ouverture des portes à 9h ;  9h si ma mémoire est bonne.

C’est une pratique que font tous les étrangers afin  d’obtenir un rendez-vous pour déposer le renouvellement. Commentaire à part, je doute que les cadres étrangers en poste dans les multinationales se joignent à la file d’attente, mais ceci est une autre histoire.

Durant l’attente, très longue, dans le froid du matin, je lui ai fait part de mon intérêt d’apprendre la langue russe, que c’était une idée qui me trottait depuis un moment, mais sans but bien défini.

La motivation se trouvait dès lors toute trouvée, car mon fils et son amie semblaient manifester l’intention de faire durer leur vie commune. Je serais alors un jour amené à rencontrer sa famille et à me rendre dans son pays. Je lui ai demandé si elle voulait bien me faire apprendre les premiers rudiments de sa langue, à commencer par l’écriture.

Nous avons donc commencé un cours d’alphabétisation improvisé au pied de la préfecture et j’ai ainsi mis le pied sur le premier étrier de mon apprentissage. Nous avons fait ces leçons à plusieurs reprises lorsque j’ai dû accompagner Tania aux différents rendez-vous ultérieurs. La difficulté de l’écriture s’est vite trouvée écartée ; la suite de l’acquisition des connaissances est, depuis, plus difficile, mais ceci est aussi une autre histoire.

Sabrina

La Russie, le russe : c’est une très longue histoire d’amour

Cette histoire a débuté en 1983 lorsque j’ai commencé à apprendre au collège dès la 6ème la langue avec Micha et Kostia, les héros de mon manuel de langue et dont je me souviens encore par cœur de la première leçon. Je découvrais en même temps que Micha Moscou, la capitale de l’Union Soviétique.

« Bonjour Ivan Pietrovitch
– Bonjour Micha
– C’est le théâtre ?
– Non, ce n’est pas le théâtre, c’est la bibliothèque ! 
– C’est le musée ?
– Non c’est le théâtre » Passionnant, n’est-ce pas ?
Pour moi, c’était simplement merveilleux, ma bible, quoi !

Et toute une année, nous nous sommes ainsi promenés avec Micha dans la capitale moscovite, et même perdus dans les stations mythiques du réseau métropolitain… Toute une année j’ai rêvé d’y aller « en live » mais sans Micha et ce n’est qu’en août de la même année que ce rêve devint réalité.

C’était il y a déjà 31 ans mais je m’en souviens encore ; je m’envolais pour Moscou avec les élèves russisants du collège de Nîmes. Le séjour avait nécessité quand même une préparation, un conditionnement surtout sur le point de vue comportemental…
Hors de question de fouler le pied sur le territoire soviétique sans connaître PAR CŒUR les chants des petits drapeaux rouges et l’Internationale. Interdiction également de critiquer le régime soviétique, nous serions espionnés d’après notre professeur de russe, donc nous devions absolument laisser nos petites habitudes de petits capitalistes à la maison sans quoi nous aurrrrrions de trrrrès grrrraves ennuis avec les autorités russes. Toutes ces précautions strictes inquiétaient les parents, moi, ça m’excitait, j’allais vivre une aventure extraordinaire …

Après quelques heures de vol et une escale à Bucarest, Moscou, enfin ! Moscou… comme dans mon livre, le théâtre Bolchoï, le musée, la bibliothèque, le métro tout y était, même Micha, qui n’était plus un enfant mais une charmante Natacha, et c’était notre guide avec laquelle je m’amusais à lui réciter mon livre par cœur dans l’autocar.

– « Bonjour Natacha ! c’est le théâtre ? etc… »

J’appliquais tout mon vocabulaire sous les regards médusés de Natacha, mais pas seulement !
Il était de temps de mettre en pratique nos chants  pro soviétiques  dans le bus ; le KGB veillait sûrement au grain mais qu’importe, j’étais heureuse !

Christophe

Un souvenir en particulier qui m’a marqué

L’été dernier, je travaillais dans un camp de vacances, où des adolescents viennent du monde entier,  profiter de la côte d’azur et apprendre notre belle langue de Molière.

Lors d’une excursion dans la ville de Nice, je m’occupais d’un groupe de jeunes russes.
A la fin de la visite, je les convie à déguster une glace ensemble, puis leur annoncent qu’ils sont en temps libre. 

Quant à moi, aimant profiter du panorama sur la ville depuis le château de Nice, je propose à ceux qui sont intéressés à se joindre à moi et profiter de ce paysage magnifique.

A ma grande surprise, la quasi majorité des étudiants décident de m’accompagner ! S’en suit alors une après-midi mémorable, avec des jeunes intéressés, curieux, et ayant un amour pour la langue et la culture française qui m’a bluffé pour leur jeune âge !

Lors du pic nic dans le parc du château, certains étudiants me demandent si j’aime des comédies musicales françaises. Leur connaissance dans ce domaine m’épatent : Roméo et Juliette, le bossu de notre dame, Mozart l’opéra rock, certains poussent la chansonnette et entonnent « les rois du monde », en français et en russe s’il vous plait !
Puis ils ont enchainé avec Champs Elysées et d’autres « classiques » de notre répertoire français. C’est alors qu’Angélique, une des filles du groupe, décide de m’initier à la culture russe, et me chante une très belle chanson russe, avec une voix inouïe ! Pour enfoncer le clou, ils se mettent à chanter l’hymne national russe, ce qui attire l’attention des gens qui sont à la fois étonnés et amusés de ce spectacle.

J’étais alors sur un petit nuage, et je découvrais avec plaisir une nouvelle culture dont je ne connaissais que très peu à ce moment-là.

Nous avons ensuite pris une série de photos ensemble, le long de la mer. Leur plaisir à se balader dans Nice ainsi que leur curiosité et leur amour pour la langue et la culture française m’ont ému et m’ont réellement donné envie de m’intéresser à la Russie, sa langue, et sa culture.

Cela reste sans aucun doute l’un des plus souvenirs de cet été, et l’élément déclencheur d’un intérêt pour la culture russe.

Daniel

Vol vers le pays des soviets

Aéroport Lyon (Bron) Capitale des Gaules. Yac 42. Envergure 35m. Longueur 35m. Masse décollage 50t. Vitesse de croisière à 8000 m / 870 kmh. Présenté au public en 1973. Trois réacteurs lotarev D36 à double flux de 6440 kg x3. 100 passagers.

Noël 14 Kurgan

Vol au pays des soviets

Lyon Bron l’aéroport de la capitale des Gaules. Porteur d’un livret bleu, (horizon) aux lettres d’argents. Il recelé en son sein une feuille volante, jaune divisé en trois parties identiques et orné par trois fois de ma bobine.

Il fait nuit, accroché à la voute céleste, luisent les étoiles scintillantes et aux noms évocateurs de croyances anciennes.

Ce sont les ultimes adieux, de ceux qui vont partir vers un Est inconnu. C’est aussi le premier déchirement du triptyque jaune et la perte du premier tiers. La guerre froide bat son plein, avec ses cortèges de fantasmes et balivernes.

Nous voici conduit vers un grand oiseau de fer et d’acier, porteur de lettres inconnues agrémenté de signes  ailés du travail aux interrogations et significations cabalistiques, Cet étrange oiseau est remisé loin de toutes civilisations des curiosités et veillé par des lumières blafardes à l’escortes d’une armée de gardiens.

Nous gravissons quelques marches pour disparaitre dans ses entrailles. Oh ! Surprise inattendue, des sirènes revêtues de pourpre, aux yeux d’azur, avec des accents étranges, nous souhaitent la bienvenue dans la langue de Molière.

Affichage de 344.JPG en cours...Les premiers étonnements passés, les conversations vont bon trains, vite étouffé par le mugissement grave des moteurs.

Le ballet commence pour dresser les tables aux couverts de porcelaines d’un blanc immaculé, de verre de cristal, tatoué aux signes cabalistiques ailés et encadré par des couverts d’argents. De quoi à faire pâlir le Roi Salomon, devant ces splendeurs.

Après bien des retournements, le sablier marqueur du temps écoulé, le fond sonore va en décrescendo jusqu’au silence total accueilli par un silence mortuaire mais aussitôt suivi d’un torrent d’applaudissements.

L’accueil est glacial. Hélianthe à revêtue les habits de matadors qui ont mis à mort les degrés Celsius. Nous nous retrouvons tous dans un autobus entassé pèle-mêle, personnel de navigation, de service, passagers, fret et bidons d’huiles, en route vers notre libération.

Un préposé à l’uniforme gris souris, inquisiteur se m’ait en chasse des publications relatives aux Dames vêtues à la mode d’Eve et autres marchandises prohibées.

Second déchirement de la feuille jaune, puis installation dans un bus au confort spartiate pour une découverte de Moscou arrivée à l’hôtel, non sans avoir satisfait au protocole de bienvenue.

Kolett

Valse chez Tolstoï

En visite chez des amis moscovites, je suis actuellement dans la « maison-musée » de Tolstoï à Moscou ; « maison-musée », « maison-mémoire » hantée par le souvenir du grand homme.

Et Tolstoï est bien là !… Tableaux de famille sur les murs, dessus de lits tricotés par sa femme, ses vieilles bottes et son vélo dans la remise… Il peut entrer à tout moment…

maison-TolstoiAu premier étage se trouve une salle gardée par une femme au regard sévère, dans un recoin, un petit guéridon sur lequel se trouve un appareil étrange avec une notice « Voix de Tolstoï » ;

intriguée, je demande à la jeune guide m’accompagnant de se renseigner.

Mais oui, nous allons vraiment entendre la voix de Tolstoï ! Voix enregistrée le jour de ses 80 ans grâce à l’ancêtre du magnétophone, le phonographe, inventé par le grand Thomas Edison et offert par lui à Tolstoï pour son anniversaire.

C’est incroyable, quelle émotion d’entendre le message de l’auteur de « Guerre et Paix » à ses petits-enfants et aux personnes présentes ce jour là.

Mais ce n’est pas tout, un des invités se met au piano et commence à jouer une valse, une merveilleuse valse composée par Tolstoï à 18 ans ; Une valse si vivante, si dansante…

Alors, oubliant l’endroit, et la présence de la sévère gardienne, je me met à valser, valser, si émue, valsant, valsant…
La gardienne, auparavant si sérieuse, vient vers moi avec un beau sourire et me demande « D’où venez-vous ? Je lui répond en russe après une hésitation « Я Француженка « (je suis française) ; elle m’entraîne alors vers un buffet vitré rempli de beaux services en porcelaine, elle ouvre la porte, sort une jolie tasse à thé et sa soucoupe en me montrant l’inscription « Limoges, France » et me disant « C’est une tasse ayant servi à Tolstoï ».

Moi, Française, amoureuse de la Russie de Tolstoï, de la Russie éternelle, ayant eu longtemps pour compagnons de chevet : le prince André, Pierre, Natacha et les autres, je suis vraiment très émue et la remercie de tout cœur, heureuse d’avoir pu briser la glace et communiquer avec cette femme moscovite, soudain si proche et heureuse elle aussi.

Et cela grâce à la valse de Tolstoï, dansée chez lui à Moscou, il y a presque 10 ans !…

Un deux trois, un deux trois, un deux trois…
Crédit photo : http://www.jacqueslanciault.com

Kateline

Mon premier souvenir de la Russie – 40 ans plus tôt

Je viens de terminer mes études, 5 ans d’université ça  se fête. Nous sommes 4 amis, 2 filles et 2 garçons et nous décidons de partir un mois à Moscou pour parfaire notre russe et faire connaissance avec la culture et les étudiants russes.

C’est notre premier voyage dans cet immense pays.
Toujours sous l’enchantement de nos réussites, nous passerons notre première soirée à l’hôtel Rossia a l’entrée de la place rouge avec vue magnifique sur le Kremlin et la basilique. Les festivités commencent et nous sommes présentés à une bande d’étudiants à l’université des Moscou, nous entamons la fête au caviar ( du vrai ) et à la vodka ( de la vraie ). Nous dansons, chantons, cassons des verres et les heures tournent.
Je n’oublierai jamais ce moment.
Le lendemain matin quand je me suis réveillée, je ne sais plus rien, j’ai tout oublié et pourtant je suis en pyjama dans ma chambre et dans mon lit.
Qui m’a reconduit dans ma chambre ? qui m’a mis en pyjama ?  le black-out total.
C’était ma première cuite et ma dernière à la vodka.
Le reste du séjour fut plus calme mais passionnant.

Augustin

La Russie est un grand pays avec une grande superficie de 17 098 242 km² et une population de 146 millions d’habitants en avril 2014.

En ce qui me concerne, je garde des très bons souvenirs de la Russie depuis le 03 mars date de ma première entrée sur le russe. J’ai reçu un bon accueil déjà à l’aéroport par les agents de l’immigration russe ainsi que l’ensemble de la population, bien que certaines d’entre eux soient indifférentes. Avec un climat différent de celui de mon pays la République Démocratique du Congo, l’adaptation au climat était très difficile pour moi.
Affichage de omsk-city-russia-from-birds-eye-view-1.jpg en cours...Et il se pose encore jusqu’à ce jour un sérieux problème celui de la compréhension de la langue russe. Une très belle langue, mais qui demande beaucoup de concentration et de temps de recherche pour bien apprendre. Les résultats de mes recherches sur internet avancent vite grâce à Russie.fr (Thomas) un site qui m’aide à avoir des informations en temps réel.
Mes sincères encouragements à tous ceux qui veulent apprendre le russe, car c’est une langue qui a un bon rendement sur toute la vie. Pour mon expérience en Russie j’ai choisis la ville de Omsk (Omck), cette dernière est la capitale administrative de l’oblast d’Omsk. Avec une population de 1 160 670 habitants en 2013, Omsk est la deuxième ville russe à l’est de l’Oural et la septième de la Russie toute entière.
L’Université pédagogique d’état d’Omsk est mon établissement d’étude de langue russe. Moi, je suis dans la faculté des langues étrangères et ma langue étrangère et le russe. Je suis étudiant en première année d’études de la russe et les cours ne se donnent que en russe donc il faut beaucoup  d’heures de concentration pour un bon apprentissage. Ma faculté accueille beaucoup d’étudiants étrangers venant des pays différents comme la République Démocratique du Congo.
Dans ma promotion nous sommes au nombre de trois mais, dans l’ensemble nous sommes six étudiants congolais et d’autres pays comme la Chine, la Corée, le Japon, le Vietnam, Mongolie, le Kazakhstan, les Usa, la France et tant d’autres pays ont aussi un grand nombre d’étudiants et chaque jour nous partageons nos expériences de la vie et de notre nouvelle langue qui est le russe.
Une chose est aussi vraie, je confirme que les russes ont de trop bons pédagogue qui nous poussent à la compréhension sans beaucoup d’énergie. Mais malgré ces efforts considérables aux heures de cours, la recherche individuelle est aussi plus importante. Pour mon expérience, je fais mes recherches sur internet et je me rends régulièrement auprès des familles russes amies pour parler avec eux et c’est la meilleure méthode pour moi en ce moment.
 

Bernard

Un petit magazine, “Etudes Soviétiques”

En rentrant de l’école certains jours dans les yeux de mon père brillait cette lueur humide des grandes joies qui nous tirent les larmes, la raison : un petit magazine qu’il recevait périodiquement « Etudes Soviétiques » ; il était si fier de me montrer les photos qu’il contenait : un immense champ de blé ou 3 ou 4 moissonneuses avançaient de front, des ateliers remplie de machine outils avec plein d’ouvriers, des immeubles bien en ligne avec des rues si grandes et paysagées, des fusées et surtout des visages de personnes de tous âges mais tous joyeux et souriants.

Même si l’impression était de mauvaise qualité (on voyait la trame des photos) je partageait là avec mon père un savoir : La Russie des années 1960 !

Pourquoi un ouvrier français avait un tel attachement ?
Et bien ayant passé 4 ans en camp de prisonnier de guerre ; il fut libéré par les russes et malgré quelques coups de gueule il n’a jamais oublié le reste de sa vie à qui il la devait.

Aujourd’hui encore l’hymne russe me fait frémir ; est ce lui ou le souvenir de ces moments passés avec mon père …

Antoine

L’arrivée d’un étudiant français en Russie

Dans le cadre d’un double diplôme en Russie, je suis parti continuer mes études à Tcheliabinsk.

Dès mon arrivée, je me suis installé dans un foyer étudiant. C’est ici que j’ai eu la chance de commencer mon aventure en vivant avec 3 Russes qui ont été chaleureux avec moi.

En effet, malgré ma faible connaissance de la langue russe, ils essayaient de communiquer avec moi. Après une période de russe intensif, j’ai commencé à suivre des cours en russe. Même si je ne me sentais pas prêt, il fallait bien se lancer.

J’ai attaqué par des cours d’histoire en russe. Lors de mon premier cours, je me suis dit que les étudiants russes allaient venir me voir, me demander qui je suis, ce que je fais ici et compagnie. Mais la réalité fut tout autre, quand je suis entré dans la salle de classe un silence pesant s’est installé avec des murmures. Et je ne me sentais pas capable de lancer une discussion avec l’un d’eux (à tort, bien évidemment).

Plusieurs cours d’histoire sont passés sans qu’il y ait de changements. Mais après 3-4 cours, je me suis dit qu’il fallait que j’essaye de parler avec un étudiant du groupe d’histoire (seul cours où j’étais avec des étudiants russes). Cependant lors de mon entrée dans la salle de classe, un tout autre évènement s’est déroulé. En effet, en allant m’asseoir, j’ai entendu plusieurs étudiants dire « salut » à haute voix. Cela m’a permis de lancer la discussion avec eux.

Lorsque je leur ai dit que j’étais français, j’ai eu le droit à 3 questions/remarques plutôt surprenantes : « Est-ce que tu parles anglais ? » , « Comment est Tcheliabinsk ? » et des exclamations telles que « Zidane, Benzema… ». Puis l’arrivé du professeur a coupé court à notre conversation.

Lors de la pause, j’ai eu le droit à plusieurs exclamations, questions. Puis 2-3 étudiants sont venus autour de moi. Puis s’en est suivi tous les autres étudiants de la classe. Puis une avalanche de questions pour savoir d’où je venais, si je comprenais tout au russe, de montrer mon passeport et une série de photos « selfie » avec moi.

Un moment de chaleur humaine qui montre une des faces cachées de la Russie et de sa population.

Amir

Chers lecteurs

Ma passion pour la Russie a commencé alors que j’étais tout jeune, j’étais fan de l’espace et des conquêtes spatiales, je m’étais surtout intéressé à Youri Gagarine, son premier vol spatial m’avais fasciné alors j’ai voulu m’intéresser à ce pays immense qui pouvait relever tous les défis de l’Homme et ceci au delà de ses limites.
J’ai été alors ébloui par la beauté et l’Histoire de ce pays ( la Grande révolution d’octobre, l’histoire secrète des Tsars, la naissance de la Rus de Kiev …). J’ai également été impressionné par la beauté de ses paysages à en couper le souffle ( les “Grandes” steppes s’étendant à l’infini, la taïga à perte de vue, l’hiver magique et féérique de Moscou avec sa neige couleur diamant ou encore le soleil radieux brillant sur Sotchi et Yalta).
J’ai alors su que ce pays était fait pour moi, j’ai commencé à apprendre sa langue (il m’a fallu 4 ans pour être russophone). J’ai également découvert qu’il y avait d’immenses opportunités d’emploi et qu’il s’agissait d’un pays extrêmement avancé et ceci dans presque tous les domaines. Grâce à cette découverte, j’ai une meilleure vision politique du monde (je comprenais les actions de Vladimir Poutine et j’ai su qu’il faisait ça par amour envers sa nation). Je suis devenu profondément cultivé et j’ai des ambitions aussi énormes que la taille ce pays.
Et pour terminer, voici un texte bonus.
Je dois dire que je ne m’attendais pas à ça quand je l’ai reçu. Gilbert, son auteur l’a écrit en russe !!
Alors, même si il est un peu court par rapport aux règles du jeu, j’ai décidé de le faire concourir tout de même, car je n’avais pas précisé la langue à utiliser pour le concours. Et le fait d’avoir choisi le russe présente un effort supplémentaire que je tiens à encourager (même si le russe n’est pas parfait).

Gilbert

Поезд на Ленинград

Это было двадцать шесть лет тому назад (тысяца девятьсот восемьдесят шесть). Во время СССР.
Я ездил от Москвы до Ленинграда ночным поездом, я помню что поезд назывался «Красной Стрелой » он отправляется с вакзала Ленинграда.
На платформа на входе вагона, держалась проводница, это была красивая девушка, я её попросил её фотографировать и она приняла, затем, в вагоие, мы разговаривали, я говарил немножечко по-русски и она говарила немножечко по-английски.
В углу вагона был самовар чтобы нагревать воду, то что меня удивило так это самовар работал костёр. Проводница мие зказала : « вы хотите пить чай ? »
я ответил : « да я хочу пить ! пожалуйств.»
Я не знаю слолько чашек чая я пил.
Мы разговарили и мы разговарили и мы обменялись нашими адресами и нашими телефонными номерами.
Время пути выло коротко !
Voilà, et maintenant, c’est à vous de jouer ! 😉
Indiquez-moi dans les commentaires vos 3 textes préférés (du 1er au 3ème) comme indiqué plus haut… par exemple 4, 6, 7 voudra dire que le texte 4 est votre texte préféré, puis le 6 puis le 7

53 Commentaires

  1. Jp

    Jean Philippe 1
    Augustin 2
    Bernard 3

    Réponse
  2. Ko'chka

    4 Chrisophe et le partage avec les étudiants russes.

    2 Philibert et l’apprentissage de la langue au pied de la préfecture

    3 Sabrina avec Micha et Nathacha

    Réponse
  3. Lyse

    Kolett 6
    Bernard 9
    Jean Philippe 1

    Réponse
  4. Augustin

    Augustin 8

    Antoine 10

    Kolett 6

    Réponse
  5. Sarah

    christophe 4

    kolett 6

    bernard 9

    Réponse
  6. Analena

    christophe 4

    kolett 6

    bernard 9

    Réponse
  7. Thomas

    christophe 4

    kateline 7

    antoine 10

    Réponse
  8. sean

    4 christophe

    10 antoine

    7 kateline

    Réponse
  9. MARTA

    4 Christophe

    12 Gilbert

    5 Daniel

    Réponse
    • http://www./

      19 10-10-11cendo spune: nu imi scriemanufacturer:n/achip type:n/adac type:n/aaprox.total memory:n/acurent display mode:1024×768(32bit)(1hz) asa scrie -41V-a ajutat acest raspuns?

      Réponse
  10. Kateline thiryn

    Antoine 10

    Gilbert 12

    Sabrina 3

    Réponse
  11. Val

    3 Sabrina
    4 Chistophe
    9 Bernard

    Réponse
  12. Jérémie

    Philibert 2

    Christophe 4

    Amir 11

    Réponse
  13. Masset

    Bonjour,

    Il n’est jamais trop tard pour bien faire, mais la Russie est un pays immense très immense, demandez à Napoléon.

    Je suis fasciné par ce pays depuis petit gamin, mais à présent j’ai un challenge à relever, qui consiste à apprendre la langue, pour la bonne raison que mon fils avec l’aide de sa femme apprend le Russe, bien qu’elle soit française, elle a une connaissance énorme de la Russie pour y avoir vécue.
    J’aime aller au devant des autres et sortir de mon trou, aussi, quand j’aurais de quoi aligner correctement une phrase, je prendrais un billet d’avion (Aeroflot) pour y rencontrer des gens. Ce sont des gens très fortement agréable mais il faut aller au devant d’eux.
    Jean Michel

    Réponse
    • Thomas

      Merci Michel pour ce commentaire 😉

      Réponse
  14. Paul

    Christophe 4

    Kolett 6

    kateline 7

    Réponse
  15. Héloïse

    4 Christophe
    9 Bernard
    6 Sabrina

    Réponse
    • Héloïse

      erreur sur mon post précédent :

      4 Christophe
      9 Bernard
      6 Kolett

      Réponse
  16. eva

    4 xtof
    1Jphilipe
    3 Sabrina

    Réponse
  17. sonia f

    4 Christophe
    9 Bernard
    6 Sabrina

    Réponse
  18. lidiya

    4 christophe
    1 jean philippe
    2 philibert

    Réponse
  19. Nico

    4 christophe
    1 jean philippe
    2 philibert

    Réponse
  20. Flo

    4 Christophe
    2 philiberrt
    1 jean-philippe

    Réponse
  21. Freda

    4 Christophe
    2 philiberrt
    1 jean-philippe

    Réponse
  22. Philibert

    9 Bernard

    4 Christophe

    6 Kolett

    Réponse
  23. closset serge

    7 – 6 – 4

    Réponse
  24. Ksenia

    4 Christophe

    Réponse
  25. Poirier

    1, 9, 3

    Réponse
  26. jp

    ça sent le vote spam ici…

    Réponse
    • Thomas

      Hello JP, effectivement…. mais je veille au grain 😉

      Tous les spammers verront leurs vote réduits à zéro

      Réponse
      • Thomas

        La bonne nouvele c’est qu’ils sont peu nombreux 😉

        Réponse
  27. pierre

    1
    5
    7

    Réponse
  28. pierre

    1 jean-philippe
    7 Kateline
    5 Daniel

    Réponse
  29. Marie

    1
    11
    7

    Réponse
  30. Thomas

    1
    9
    11

    Réponse
  31. Daniel

    Daniel5
    Kolett6
    Bernard9

    Réponse
  32. Irina

    Sabrina 3
    Antoine 10
    Kolett 6

    Réponse
  33. Céline

    9 Bernard
    6 Kolett
    2 Philibert

    Réponse
  34. Yohan

    9 Bernard

    11 Amir

    5 Daniel

    Réponse
  35. eric

    1
    5
    2

    Réponse
  36. Hamonet André

    André
    1 Jean Philippe
    6 Kolett
    3 Sabrina

    Réponse
  37. grave

    9 Bernard
    3 Sabrina
    6 Kolett

    Réponse
  38. rémi

    1 Jean Philippe
    3 Sabrina
    6 Kolett

    Réponse
  39. Kolett

    9 Bernard

    3 Sabrina

    4 Christophe

    Réponse
  40. serge

    11
    1
    6

    Réponse
  41. Julien

    4 christophe

    10 antoine

    6 kolett

    Réponse
    • low income car insurance Willis MI

      KarinHallo,das Set.1 fände ich klasse damit könnte ich einen kleinen Mann eine RIESEN große Freude machen.Wünsche ein schönes Adventwochenende.Liebe GrüßeKarin

      Réponse
  42. Patrick

    christophe 4
    bernard 9
    philibert 2

    Réponse
  43. Emiel

    christophe 4
    kolett 6
    bernard 9

    Réponse
  44. Rolande

    christophe 4
    Sabrina 3
    Kolett 6

    Réponse
  45. rené

    1
    2
    3

    et oui!

    Réponse
  46. henri

    1
    7
    11

    Réponse
  47. Thomas

    Waou, génial, vous êtes près de 50 à avoir voté…
    Merci à toutes et à tous,

    Les votes sont maintenant terminé, encore un grand merci de votre participation.

    Je ne pensais vraiment pas que ce concours aurait un tel succès.

    😉

    Ah oui, pour ceux qui ont voté après la date limite et pour ceux qui ont essayé de voter plusieurs fois, je n’ai bien sûr pas tenu comtpe de leur vote… car je vois tout et je ne laisse rien passer (faut quand même pas pousser hein..) 🙂

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOS CADEAUX OFFERTS

PROGRAMMES D’ACCOMPAGNEMENT

Le-Déclic-Russe-Formation-de-russe-Débutant - formations de russe
La formation au Cas par Cas - Les Cas (déclinaisons)
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]