Les accents russes – comment faire autrement ?

Les accents russes : comment faire ?

Accents russes – il y a moyen de faire avec ou de faire sans

Les accents russes ? Il est grand temps de tordre le coup une bonne fois à la dictature des accents russes. Pourquoi ? Parce que comme nous allons le voir dans cet article, si on peut se simplifier la vie, on ne va pas s’en priver. Vous me suivez ?

Alors pour une fois, je vous propose d’inverser les rôles.
C’est A NOUS ici et maintenant, de mener la vie dure aux accents (et pas le contraire).

L’accent prend une place trop importante pour toute personne (francophone) qui apprend le russe. Quand j’ai moi-même appris le russe, j’ai eu droit à des cours et des cours sur le sujet.

De quoi en décourager plus d’un.
Et moi le premier.

Tordre le coup aux accents russes

Les accents russes

Les russes sont immergés dans la langue et n’ont pas besoin d’apprendre tous les cours inutilement rébarbatifs sur les accents.

Je parle ici des accents toniques.

Vous savez, ceux qui soulignent une syllabe plus que les autres. On les trouve dans chaque mot à partir de 2 syllabes où 1 syllabe porte l’accent tonique, toujours sur une voyelle.

A partir de là les voyelles des syllabes suivantes et précédentes sont prononcée atténuées par rapport à celle où est placé l’accent.

Dans la plupart des méthodes françaises on représente l’accent justement par… un accent ou par un caractère mis en gras.

Hors, il n’existe pas vraiment de règle universelle pour bien placer l’accent.  Pourtant, on a quand même trouvé moyen de pondre des tas de cours aussi théoriques que fastidieux sur les accents.

La bonne nouvelle sur les accents

Une bonne nouvelle ? Oui, il est possible d’apprendre le russe, SANS passer par ces cours, qui en feraient fuir plus d’un.

Rendez-vous compte que les méthodes de russe pour les enfants russes qui apprennent comme débutants, n’ont presque jamais la trace des accents toniques. Pourtant ils apprennent très bien le russe, non ?

Et oui, les russes, n’écrivent pas les accents dans leur propre langue. Aucune trace de ces accents dans les livres, ni dans les journaux, ni dans les méthodes de russe pour les russes (pour la plupart).

Essayez seulement de trouver un livre, un journal, un magazine ou même un dictionnaire russe (pour les russes) avec les accents indiqués comme chez nous.

Si vous ne me croyez pas, demandez-le aux Russes et vous verrez bien.
Et au passage, posez-vous la question de comment ils font si ils ne font pas comme nous.

Et oui, c’est une très bonne nouvelle si vous apprenez le russe.
Surtout si comme beaucoup, vous vous faites une montagne des accents russes.

Les cours sur les accents russes sont ennuyeux à mourir. Ils ne m’ont jamais passionné. Ils m’ont au contraire beaucoup ennuyé. Et bien sûr, ma motivation à l’époque en avait pris un coup.

N’oublions pas que le plus important ici est que, si les russes font autrement, et bien nous aussi, nous pouvons faire autrement.

Vous me suivez ?

Comment font les russes avec les accents russes ?

Les russes apprennent les accents autrement

Après tout, les russes sont plutôt bien placés pour savoir comment ça marche, vous ne croyez pas ?

Ceux d’entre vous qui me suivent depuis un moment savent sans doute que j’ai appris le russe à partir des méthodes d’enseignement du russe issues de 3 pays. J’ai appris le russe en France, en Angleterre et en Russie. Et cela m’a permis de regarder de près les avantages des unes et des autres de ces méthodes.

La méthode russe est de loin celle qui se sert le moins des cours sur les accents. Il arrive que les accents apparaissent à l’écrit dans certaines méthodes pour les enfants, et encore, c’est loin d’être la règle… En tout cas, les russes ne s’étouffent pas avec ces cours aussi théoriques que rébarbatifs sur les accents, un sacré poids en moins, si vous voulez mon avis.

Ils font autrement.

Ils s’immergent dans la culture et dans la langue, tout simplement

La solution serait donc de vous immerger dans la langue, même depuis chez vous. Autrement dit, plongez-vous dedans, écoutez du russe et prononcez du russe à l’oral et faites le régulièrement. Entraînez-vous.

Et puis, nous avons la chance incroyable de vivre à l’époque d’internet.
Il y a aujourd’hui quantité de moyens d’écouter du russe (radio, podcasts) ou de voir des films en russe et donc ainsi de s’immerger dans la langue. Alors profitez-en !

Le simple fait de vous créer votre propre environnement dans la langue russe vous donnera des automatismes. Et grâce à ces automatismes, vous finirez par savoir naturellement où placer les accents dans la plupart des cas.

Alors vous allez me dire qu’il faut du temps. Et vous avez raison. Mais imaginez un peu. Bien sûr on n’apprend pas le russe en 3 semaines, c’est évident. Mais ne vaut-il pas mieux tenter de reproduire naturellement le russe que vous entendez plutôt que d’en connaître toutes les ficelles théories. Bien sûr il faudra un peu de temps, mais au moins pendant ce temps-là, vous n’aurez pas à décortiquer ces pavés inutiles.

Vous irez au contraire droit au but.

Bien sûr, parfois la grammaire est utile, car sans elle vous ne pourrez pas avancer.

Sur les accents, ce n’est pas le cas.

Les fautes d’accent sont-elles graves ?

Le pire qui puisse vous arriver en faisant une faute d’accent

Quand vous avez peur de faire quelque chose de nouveau ou de vous lancer dans une nouvelle aventure, il y a une bonne question à vous poser. En l’occurrence, sur les accents, voilà ce que ça donne. Quel est la pire chose qui puisse vous arriver si jamais vous faites une ou des erreurs d’accents en parlant russe ?

Le pire qui puisse vous arriver ? C’est de faire des fautes d’accent.
Bon, ok, et alors ? Quelle importance cela peut-il avoir réellement ?

Soyons pragmatiques, la réponse à cette question a toute son importance pour la suite. L’accent peut être un sérieux frein dans l’apprentissage du russe.
Alors si on peut faire sauter ce frein, on ne va pas se gêner !

Pour commencer, il ne faut pas oublier une chose. Vous êtes étranger en Russie. Les russes vous perçoivent donc comme tel. Et ils s’attendent à ce que vous fassiez des erreurs. Donc si vous en faites, TOUT VA BIEN.

Ensuite, il existe quelques cas pour lesquels un accent à la mauvaise syllabe entraîne une faute de sens. Mais ces cas-là sont très rares. Le plus connu est « писать » qui selon la place de l’accent voudra dire “écrire” ou “pisser”.

Mais franchement, avec le contexte de la phrase, vote interlocuteur comprendra toujours ce que vous voulez dire malgré tout. Et puisque vous êtes étranger, et que vous faites l’effort dans leur langue, vous êtes pardonné.

Et puis si l’on réfléchit une seconde. Encore une fois, ces mots à double sens en fonction de l’accent sont extrêmement rares. S’il y en avait légion, je veux bien que les accents soient d’une importance vitale. Mais là, nous en sommes très loin.

Les accents russes pour conclure

L’accent tonique en russe – faites comme les Russes

Bien sûr, le but du jeu est de parler russe le mieux possible. Je ne vous dis pas que les accents ne servent à rien. Je vous dis simplement que pour les apprendre, on peut faire autrement, comme les russes le font eux même.

Pas besoin d’une méthode lourde pour les apprendre. L’immersion dans la langue suffit, à condition d’en faire régulièrement. Et c’est tellement plus intéressant au final.

N’oubliez pas que si les russes ne font pas comme nous, ils ne sont pas fous. Et sur les méthodes d’enseignement de leur propre langue, je crois qu’on peut vraiment leur faire confiance.

Chez nous, on nous explique souvent que sur chaque mot de russe de plus d’une syllabe, il faut absolument retenir la place de l’accent et les règles qui régissent ces accents-là, sans quoi notre russe risque d’être tout simplement inaudible, abominable, hérétique.

Foutaises !!

J’ai croisé des tas de français qui se débrouillaient très bien avec un russe approximatif et même parfois un accent épouvantable. Ils faisaient des fautes tous les trois mots. Et cela ne les empêchaient pas d’avoir des conversations et de tisser des liens d’amitié ou d’affaire en Russie.

Alors posez-vous vraiment la question, surtout si vous voulez gagner du temps. Si les russes ne passent pas des mois à tenter de retenir la place de l’accent à la 3ème personne du pluriel pour ce verbe là en particulier alors que tant d’autres se comportent différemment, pourquoi devrais-je le faire ?

Si vous avez quelques heures à consacrer au russe dans la semaine, pourquoi ne pas passer ces quelques heures sur quelques chose de plus utile ? De plus intéressant ?

Quel serait le risque que vous prendriez à faire comme ça au juste ? C’est sans doute de progresser plus vite, tout simplement. De renforcer votre motivation.

8 trucs qui montrent qu’on n’a pas forcément besoin des accents russes

  1. Vous avez peu de temps à consacrer aux cours de russe, alors autant aller au plus important
  2. Les cours sur les accents russes sont souvent lourds et trop théoriques et difficiles à appliquer
  3. Les apprendre à la lettre risquerait de vous faire perdre votre motivation
  4. Quand ils apprennent leur propre langue, les russes n’ont pas de cours sur les accents russes
  5. Il n’y a pas de trace des accents ni dans les livres russes, ni dans leurs textes en russe
  6. D’autres solutions existent, par exemple l’immersion dans la langue où vous apprendrez beaucoup plus sans y passer plus de temps
  7. S’immerger dans la langue russe même depuis chez vous est devenu très accessible grâce à Internet
  8. Les mots russes qui changent de sens avec un déplacement de l’accent sont très peu nombreux
  9. Le risque que vous prenez à faire des fautes sur les accents russes est tout simplement négligeable

Bon alors bien sûr, la prononciation est importante comme dans toutes les langues. Et oui, ça vaut le coup de tenter de bien le parler en articulant comme il se doit. Mais de là à retenir par cœur toutes les positions possibles des accents russes.

Non, décidément, je ne vous le conseillerai pas.
Faites un peu la place “au feeling” et au bon sens.
Dans 98% des cas, cela suffira amplement.

Et vous, où en êtes vous sur les accents russes ? Dites le moi dans les commentaires ci-dessous.

29 Commentaires

  1. Yan

    Bonsoir Thomas,
    Tu as bien raison.
    Merci pour la suite à une question que tu as posée il y a quelques temps déjà et dont je pensais avoir raté l explication.
    Je te remercie pour tout le travail que tu fais pour nous fournir des cours, des astuces et nous permettre d appendre cette langue magnifique et surtout de connaître et de comprendre les russes.
    Bon we
    Yan

    Réponse
    • Thomas

      Exact Yan 😉

      j’avais posé la question sur la page Facebook justement pour tester les mots qui changent de sens en fonction de l’accent… le résultat était sans appel, Il y en a quelques-uns, et on a vite fait le tour…

      Mais ils sont tellement peu qu’on a même eu du mal à en lister 5

      Réponse
  2. celine

    Bonsoir Thomas,

    Je réponds ici à la réponse que tu as toi même gentiment faite sur les commentaires de ta 1ère vidéo, où je disais que je me noyais et où tu m’orientais vers cet article ! Bref… oui bien sûr, on risque peu à se tromper d’accent tonique. Le problème, c’est si on pense (comme moi, j’avoue) qu’il est bon d’apprendre à parler ET à écrire une langue en même temps… Dans ce cas, on écrira mal un mot que l’on entend (on entendra A alors qu’il faut écrire O par exemple)… Ou alors on lira un nouveau mot non accentué, et on retiendra inconsciemment une mauvaise prononciation qui fait que l’on ne RECONNAITRA pas le mot en l’entendant bien prononcé ! Heu… je suis claire ? 🙂 Bref, l’idéal serait de lire et d’entendre en même temps. Pas simple…
    Penses-tu également qu’il est bon d’apprendre l’écriture en même temps ? Et si oui… à quel moment intégrer les cursives, qui compliquent encore tout ? Peut-être que je veux aller trop vite, c’est vrai…
    Merci !

    Réponse
    • Thomas

      Lire et entendre en même temps, c’est exactement ça… et pour ça il suffit de faire appel aux bons supports de cours 🙂

      Réponse
  3. Sarah

    Ah je suis bien heureuse d’avoir lu cet article ! Mon meilleur ami parle russe couramment car il a beaucoup d’amis russes ou slaves. Il va vivre dans le sud de la Russie, à Rostov-Na-Donu d’ici peu. Il m’a donné exactement les mêmes conseils d’apprentissage, qu’il faut apprendre en écoutant et ne pas se soucier de l’accent. C’est à cause de ces accents que j’ai baissé les bras, mais je compte bien reprendre très bientôt!

    Sarah

    Réponse
    • Thomas

      Hello Sarah,

      les grands esprits se rencontrent comme on dit 😉
      heureux de savoir que cet article ta plu !

      Réponse
  4. Eric

    Bonjour Thomas,

    Merci pour cet article raffraïchissant sur les accents en russe.
    L’immersion dans la langue russe est tout simplement la bonne méthode pour ne plus se poser ces questions d’accent auquel les russes eux même ne sont pas si sensibles que cela de la part des étrangers.

    Je ne suis pas trop étonné non plus que les méthodes russes ou anglaises soient plus pragmatiques que les notres, ce qui n’est pas très difficile ! Les Français aiment la théorie jusqu’à l’idéologie ….

    Réponse
    • Thomas

      Merci Eric pour votre commentaire,

      si on m’avait dit un jour que je ferais un article raffraichissant sur les accents russe… je ne l’aurais sans doute jamais cru…

      Merci à vous

      Réponse
  5. pierre

    Cela m’encourage bien ; j’ai 80 ans et suis pressé d’apprendre le russe: l’article sur les sept principales difficultés me plait aussi. Donc merci!

    Réponse
    • Thomas

      Merci Pierre, et très heureux que cela puisse vous aider 😉

      Réponse
  6. Orikrin

    Ah, un article qui fait du bien. J’apprends cinq langues en autodidacte et à cause de sacré accent tonique, j’avais mis le russe de côté pendant un moment, bien que ce soit de loin ma préférée. Merci !

    Réponse
    • Thomas

      Y’a pas de mal à se faire du bien comme on dit ^^

      Réponse
    • Athellais

      Bonsoir, je vient de commencer le russe je voulais savoir si pour s’immerger dans le russe, écouter des musiques russe sa fonctionne ou pas ?

      Réponse
  7. Alexander

    Bonjour tous, je suis Alexander, je étudie de la langue français. Si quelqu’ veut parler en russe, appelez en skype: xxx_alias_xxx

    Réponse
  8. Alexander

    J’habite sur altai

    Réponse
    • Thomas

      Salut Alexander, merci pour ton message et j’espère que tu as pu trouver quelqu’un à qui parler, sinon, fais moi signe 😉

      Réponse
  9. Noelle

    Ouf, je suivais des cours de russe où l’enseignante reprenait sans cesse l’accentuation des mots tant et si bien que j’avais décidé d’arrêter les cours .Je pense qu’ il faut d’abord aller à l’essentiel. Merci pour ces explications qui relancent ma motivation.

    Réponse
  10. pravochka

    Et bien moi je vais un peu tempérer l’enthousiasme des commentateurs. J’ai longtemps pensé (une dizaine d’année) que l’accent on s’en fichait, qu’il y avait peu de double sens (pechen’, muka, pisat’…) et que les déclinaisons, par exemple, étaient plus importante.

    Mais je me suis mis à faire des cours (de maths) en russe, et je me suis progressivement aperçu que les accents étaient très importants pour la compréhension. En fait aussi important que nos accents français (différents eux) : si vous entendez quelqu’un vous dire qu’il a 30 euleuves dans sa classe, et bien même si le mot “euleuve” n’existe pas et qu’il faut bien sûr comprendre élève, je vous assure que niveau compréhension c’est un sacré frein (ok pour 2-3 phrases EN ETANT HABITUE, mais pour un cours entier les gens lâchent l’affaire – trop fatiguant).

    Alors ok les cours chiants ce n’est peut être pas la solution (mais moi qui ai fait russe LV2 à l’école je n’ai aucun souvenir qu’on ait vraiment insisté sur l’accent), mais comparer avec l’apprentissage des Russes n’a évidemment aucun sens (ils sont immergés dedans !!) et la solution serait peut etre au moins d’apprendre à ENTENDRE cet accent tonique. Car non seulement on ne sait pas le mettre, mais en tant que Français nous sommes très mauvais ne serait-ce que pour l’entendre (même pb pour l’anglais d’ailleurs). Et comprendre qu’il est très important, plus que décliner correctement par exemple (ce qui gêne finalement peu la compréhension).

    Par la même occasion on pourrait faire plus de PHONETIQUE (je n’en ai jamais eu en cours de langue au collège/lycée à part quelques exemples isolés comme le i dur et le r roulé – jamais le l dur qui sait pourquoi), ça peut aider à faciliter l’apprentissage.

    Réponse
    • Thomas

      Hello Pravochka,

      que l’on ne partage pas le même avis ne me pose aucun problème (pour commencer).

      Et si tu n’as pas eu pour toi même une méthode où l’on passe des heures à apprendre par coeur les accents… tant mieux pour toi.

      Il n’empêche que beaucoup de monde passe par là… et que sans aller jusque là, la place de l’accent est souvent nettement sur estimée dans l’apprentissage du russe.

      Hors ces accents sont souvent source d’abandon pour beaucoup de personnes qui trouvent cela trop difficile d’apprendre leur place par coeur (et à juste titre).

      L’idée de cet article est donc non seulement de relativiser l’importance de l’accent. Et bien sûr de le remettre à sa place, qui soit une place utile et pas une contrainte dans l’apprentissage où les freins (souvent psychologiques) sont nombreux.

      Je me permet de te contredire sur un autre point. Comprendre comment les russes apprennent leur propre langue aide beaucoup contrairement à ce que tu dis.

      L’immersion va avec bien sûr. C’est d’ailleurs ce dont je parle dans l’article. Il s’agit donc d’écouter du russe et de tenter de reproduire ce que l’on entend, en faisant appel à sa mémoire visuelle, auditive et sensorielle (en même temps)… ce qui est beaucoup plus efficace que juste tenter de se souvenir des choses.

      La question est de mon point de vue : qu’est-ce qui t’empêche de t’immerger dedans aussi ? Et pourquoi ne pas le faire déjà un peu au lieu de vouloir le faire à tout prix autant qu’eux ?

      Donc comme tu le dis toi même la solution est d’apprendre à entendre ET de s’immerger un minimum… Il y a bien sûr des outils pour ça pour faire de l’apprentissage quelques chose de plus amusant et surtout de beaucoup plus efficace.

      c’est dans ce sens que j’avance avec les lecteurs de ce blog… avec d’excellents résultats jusqu’ici 😉

      Réponse
  11. Quorbach

    Il me semble que les accents sont quand même indispensables pour les cas ! Pour écrire et parler correctement, ils sont quand même indispensables et ça serait bête de passer dessus…

    Réponse
    • Thomas

      Hello Quorbach

      justement non, ils ne sont PAS indispensables.
      Si tu dis ça, c’est que tu n’as pas vraiment lu l’article ^^

      C’est dommage, il pourrait t’éviter bien des années d’un apprentissage aussi rigoureux que fastidieux (je suis passé par là).

      Mais bien sûr, c’est comme tu veux.

      Je suis simplement là pour rappeler qu’il y a des manières bien plus rapides et bien plus efficaces d’apprendre le russe.
      Qu’il y a des manières de rester motiver et surtout d’avancer, de progresser.

      Plutôt que de piétiner sur des sujets interminables comme celui des accents.

      A bon entendeur 😉

      Réponse
  12. irisyak

    Je confirme tout simplement.
    Mes contacts me disent la même chose!
    Rien de tel que de confronter sa langue à des natifs!
    Smiling Paul

    Réponse
  13. Jean-Marc

    Au risque de passer pour un gros naze, je n’avais même jamais entendu parler de cours sur les accents russes !!!

    D’ailleurs je trouve cela assez étrange, puisque les Russes le disent eux-même, il n’y a pas de règle pour savoir où se trouve l’accent. D’autant que celui-ci peut changer de place pour un même mot, par exemple première syllabe pour le singulier, deuxième syllabe pour le pluriel…

    Du coup la seule vraie méthode, c’est effectivement d’écouter et de retenir la place de l’accent au fur et à mesure de l’apprentissage.

    C’est un peu comme les tons en chinois, il n’existe aucune règle concernant les tons à utiliser, il faut juste les retenir en même temps qu’on apprend les caractères.

    Et finalement, il vaut mieux parler maladroitement une langue que ne pas la perler du tout !

    Moi espéré parlai bien le francé un jour. Cette phrase, que l’on pourrait entendre d’un étranger apprenant le français, “sonne” de façon très maladroite et est pleine de fautes, et pourtant, très compréhensible par un francophone…

    Bon courage à tous ceux qui apprennent le russe ou d’autres langues !

    Réponse
  14. Roman

    Ça me rappelle beaucoup de français en Russie qui disent “je n’apprends pas les déclinaisons, ils me comprennent très bien sans ça” bah ouais mais c’est particulièrement pénible pour l’interlocuteur de devoir mentalement tout remettre dans l’ordre pour que ça ait du sens, ce qui, lors d’une conversation prolongée lui fera perdre son attention et limitera vos rapports sociaux/d’affaires avec les autochtones. Écoutez un anglais parler en français avec un accent à couper au couteau, c’est fatigant et votre esprit se met très vite à divaguer alors imaginez quelqu’un qui ne parle qu’au Nominatif et qui place les accents au mauvais endroit sur chaque mot…

    Au bout de 2-3 ans d’apprentissage je trouve que la place de l’accent se devine à l’oreille. Déjà dans la plupart des mots il n’y a que 2 endroits où l’accent peut potentiellement se trouver sans que ça ne face moche…enfin si on a un peu d’expérience (peu-importe le nombre de syllabes). C’est comme une musique et ça se ressent à l’intuition. Après vous avez donc une chance sur deux de le placer au bon endroit. Il faut accepter de ne pas faire de sans-faute.

    Réponse
    • Thomas

      Attention, je ne dis pas qu’il ne faut pas les apprendre,
      je dis que le mieux (si l’on veut vraiment progresser et éviter de se décourager) c’est d’apprendre intelligemment, justement, à l’intuition.
      Et surtout pas bêtement par coeur.

      Nous sommes donc plutôt d’accord ^^

      Réponse
  15. marie

    bonjour,
    Je suis autodidacte et je me fais aider de temps en temps au niveau de la prononciation par une amie russe; Cependant, je trouve quand même qu’il faut apprendre les accents car de leur place dans le mot dépend les O en A, les è en I, les Ya en i également etc. Les cours que je trouve actuellement me donnent de bons résultats à la compréhension, mais quasiment nulle à la dictée car j’ai du mal à comprendre si le son que j’entends est une voyelle ou bien une autre. Donc, l’immersion c’est bien, mais sur quel support par exemple ? Il faudrait un support où ce que l’on entend, est écrit en russe en dessous pour que l’on puisse apprendre en même temps la bonne orthographe. Si tu as un tel site, je suis preneuse.
    Merci encore pour ton excellent site et tes excellents conseils je les prends, mais.. je suis une perfectionniste…

    Réponse
    • Thomas

      Bonjour Marie,

      et merci pour ton commentaire,
      oui, tu as raison, le truc, c’est d’éviter d’apprendre bêtement ces accents, en faisant du “par coeur” comme tu l’as compris.
      Tu verras que pas mal de choses se placent d’elle même avec un peu d’habitude.

      Les supports adaptés sont bien sur indispensable pour bien apprendre. Avec le son et le texte sous les yeux.
      Toutes mes formations sont construites sur cette base si cela t’intéresse. Tu peux les trouver ici : http://www.russie.fr/les-formations

      Pour retrouver les accents, tu peux utiliser cet outil à partir de n’importe quel texte qu’il suffit de copier coller.
      http://russiangram.com

      Réponse
  16. Antoine

    Salut !
    Merci pour cet article !
    Je suis justement venu ici parce que je m’étonnais de ne pas voir d’accents dans les livres ou sur Internet alors qu’il y en a dans ma méthode…
    Comme c’est une méthode un peu ancienne (1977), je pensais qu’il y avait eu des réformes de langue importantes …
    Mais me voilà rassuré.
    Merci encore !

    Réponse
  17. Nari

    bonjour, si on lit bien l’article on comprend
    – qu’il faut connaître les accents toniques à terme, mais que des erreurs sont acceptées
    – qu’on apprend en immersion car il n’existe pas de règle sûre pour les placer.
    – qu’il faut écouter beaucoup de russe même si on ne comprend pas pour s’imprégner de la langue.
    – qu’il ne faut pas passer des heures rien qu’à apprendre sur ce sujet (il y a tellement d’autres choses à retenir…pffiou..)

    je suis complètement d’accord avec tout ça ! ^^ et si on lit bien l’article, on ne peut être que d’accord.
    à ceux qui réfutent, relire attentivement est la première étape.

    merci pour ce site fabuleux.

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. A bas l’accent tonique en russe ! | Blog d'un geek polyglotte - […] viens de lire ceci. Et j’en suis ébouriffé d’impuissante frustration, par bonheur dégoûté. […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOS CADEAUX OFFERTS

PROGRAMMES D’ACCOMPAGNEMENT

Le-Déclic-Russe-Formation-de-russe-Débutant - formations de russe
La formation au Cas par Cas - Les Cas (déclinaisons)
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]