A propos

QUI DEVELOPPE RUSSIE.FR ?

Thomas Béguin est fondateur de Russie.fr et son développeur actuel. Il est avant tout un passionné qui très jeune fut en contact avec les langues et cultures étrangères, dont la langue russe et la Russie.

contact russie

Son premier contact avec la Russie, très petit, dans les années 80, lorsque son frère lui dit un jour : “En Russie, quand ton voisin dit que tu es quelqu’un de “pas bien”, on peut t’enfermer pour de bon dans un goulag”. Ce premier contact fut intrigant et terrifiant à la fois et Thomas Béguin, ne voulut pas en rester là…

1991 – Premiers contacts terrain, en Russie et avec les russes

En 1991, il part avec sa classe de lycée pour Moscou, puis Kostroma, où il découvre une Russie à peine entr’ouverte au monde occidental, une Russie grise avec des russes qui semblaient gris eux aussi. Une Russie mystérieuse où les monuments ne sont pas mis en valeur pour le tourisme, où l’éclairage des bâtiments, même à Moscou est pratiquement inexistant, où les Russes rencontrés n’ont pas le droit d’entrer dans les hôtels où sont logés les occidentaux. La Russie vient à peine de hisser le drapeau de la CEI sur le Kremlin. Des choses très simples comme nos jeans sont des produits extrêmement rares dans le pays, mais font tout simplement rêver les russes. Les échanges de jeans ou de produits occidentaux (musique, chaussures…) contre des produits russes (musique, vestes de la marine russe…), faits lors de rencontres avec des jeunes de Moscou et de Kostroma, témoignaient de l’importance pour les russes de s’ouvrir et de découvrir l’occident et généraient une vive émotion. L’échange fut intense et riche, l’accueil extrêmement chaleureux, unique !

Mais comme le disait si bien Winston Churchill “La Russie est un rébus enveloppé de mystère au sein d’une énigme”. Si bien qu’à son retour en France et quelques mois plus tard, Thomas Béguin dut se plonger à nouveau dans les méandres fascinants de ce pays extraordinaire pour tenter de faire la part des choses entre rêve et réalité, rationnel et irrationnel, toujours présents quand il s’agit de Russie.

1994 – 1998 – Premiers liens entre Russie et écologie, un mariage impossible ?

Thomas fait ensuite des études universitaires de russe, d’économie affaires internationales en Angleterre où les méthodes d’apprentissage de la langue russe sont beaucoup plus efficaces qu’en France au même moment. Ce parcours universitaire lui permettra de passer plus de 8 mois en Russie, à Moscou et à St Petersbourg, logé dans des familles d’accueil pour parfaire son niveau de russe des affaires et sa connaissance de la Russie.

Il obtient son diplôme équivalent à une maîtrise française et termine son cursus par un mémoire sur l’écologie en Russie après avoir suivi un module de formation sur le sujet tout au long de son cursus. Régulièrement, les nouvelles souvent très noires sur la Russie convoyaient de cauchemardesques informations sur des catastrophes écologiques en tout genre, héritées de l’effondrement du système soviétique dans un déferlement sans fin. Mais comment étais-ce possible ?

1998 – Prospection dans les régions russes et d’étude sur l’un des fondamentaux à la base de la pyramide de Maslow : manger et boire en Russie.

Juste après ses études en Angleterre, il part en 1998 pour la Russie comme responsable de prospection commerciale pour un grand groupe (laitier et fromager) de l’agro-alimentaire français. Cette expérience l’amènera à visiter plus de 25 des plus grandes villes de Russie et à étudier de près l’ensemble de la distribution des produits alimentaires pour ces villes, depuis l’importation des produits ou leur fabrication en Russie, jusqu’à leur vente dans les chaînes de magasins d’état, sur les marchés ou dans les nouveaux supermarchés “à la russe”… dans plus de 400 points de vente majeurs. Il lui fut fascinant de découvrir de près comment le peuple russe, peu après la chute de l’URSS, était organisé pour tout ce qui concernait un besoin essentiel : “manger et boire” dans le plus vaste pays du monde en rencontrant l’ensemble des acteurs, directeurs de magasins de toutes sortes, hommes d’affaires, importateurs, en étudiant la part des produits de fabrication russe et celle des produits d’importation…

Cette mission en quelque sorte se prolongera sur plus de 6 mois de part et d’autre de la fameuse crise financière d’août 1998. Du jour au lendemain, des millions de russes étaient ruinés. Dépendante à 80% de produits d’importation, la Russie voit son rouble dégringoler se retrouve économiquement anéantie en 24 heures, notamment la classe moyenne naissante. Le fléau touche en particulier le secteur agro-alimentaire, la nourriture et les boissons d’importation. Thomas Béguin est alors frappé par le niveau de dépendance de ce grand pays vis à vis de l’extérieur, sur un point aussi sensible et vital que celui de l’alimentation. Sa passion et sa curiosité pour les russes et la Russie n’en sont que renforcées.

2000 – Rencontre avec les spécialistes du Cercle Kondratieff

A son retour en France Thomas est amené à piloter un stage de formation financé par l’ENESAD de Dijon pour des spécialistes russes de la filière laitière en provenance de 5 kolkhozes de 5 régions de Russie : Voronej, Orel, Oufa, Kirov et Ijevsk. Il rencontre alors le Cercle Kondratieff, impliqué dans des projets de reconstitution de filières agricoles. Thomas Béguin en deviendra l’un des membres actifs et fera partie de nombreux projets du Cercle pour les années qui suivent. Son implication dans ses travaux, fini par lui ouvrir la porte d’une coopération en Russie.

2000 – 2002 – Mission économique, ambassade de France à Moscou, section agricole et agro-alimentaire

De 2000 à 2002, Thomas fait sa coopération à l’ambassade de France, ou plus précisément à la mission économique au service du conseiller agricole de l’Ambassade. Il est alors propulsé deux années dans des délégations russes et françaises préoccupées par une seule chose, le développement économique et rural de la Russie. Il travaille en relation avec le développement rural de part et d’autre, la reconstitution de filières agricoles et agro-alimentaire depuis les filières laitières, viande, céréalières, jusqu’au machinisme agricole et aux équipements pour l’agro industrie. En bref il touche à la transmission de savoir faire sur un vaste panel de sujets… Cette nouvelle aventure lui permit de revisiter bon nombre de régions russes, mais cette fois, plus dans les campagnes, au coeur des programmes de redynamisation économique ruraux, enjeux très important en Russie, où les populations fuient les campagnes pour rejoindre les villes, où l’attractivité des campagnes est aussi un enjeu démographique majeur. A partir de là, les problématiques de développement social et environnemental sont proches, voire se confondent à tous les niveaux de ces sujets passionnants.

2002 – Réseaux d’experts, associations de coopération franco-russe et Russie.fr

A son retour en France, il commence à créer des réseaux associatifs pour tenter de mettre bout à bout l’expertise de nombreux spécialistes passionnés de Russie, à commencer par ceux qui comme lui ont passé plusieurs années en Russie avec une expérience significative. L’idée première est de valoriser leur expérience pour les aider à retrouver un emploi au retour en France, parfois difficile. Thomas Béguin crée alors Objectif Est avec d’autres anciens coopérants. Il crée une revue du même nom qui réunira plus de 25 auteurs, produisant des contenus professionnels et remarqués en France à l’époque sur la réalité russe. La revue est envoyée à un réseau de plus de 300 spécialistes de Russie.

Peu après, basé à Caen, Thomas crée l’association Normandie-Russie qu’il connecte au Cercle Kondratieff et à Objectif Est dans un réseau d’experts et de passionnés plus vaste.

C’est en développant son réseau normand qu’il rencontre Dimitri Melekhov, qui lui propose de l’aider à valoriser ces réseaux et expériences sur le web. Un premier site est alors érigé pour Objectif Est, lorsqu’en 2003, ils découvrent avec stupéfaction que le nom de domaine https://russie.fr est libre. Russie.fr est réservé dès le lendemain.

2003 – Un nom de domaine Russie.fr dont personne ne voulait

Dès 2003, Thomas a souhaité faire de Russie.fr un outil de valorisation d’expertises diverses et de réseaux de spécialistes sur la Russie, exactement comme la revue Objectif Est des débuts. Il commence alors à développer le premier site internet avec l’aide de son ami Dimitri Melekhov et de ses divers réseaux.

Le plus vaste pays du monde partage avec la France cette fascination et ce pouvoir d’attraction réciproque, qui tendaient à rester cristallisés dans une Nostalgie des heures de gloires communes du passé. Pourtant, le présent et l’avenir étaient eux aussi prometteurs, mais semblaient être figés dans l’immobilité. Comme indice supplémentaire de cette réalité et malgré un nombre important de personnes concernées (142 millions de Russes et 70 millions de Français), le nom de domaine https://russie.fr était toujours libre.

A partir de là, Thomas et ses équipes ont tenté de générer des contenus sur un présent dynamique, porteur de développements en Russie, dans des domaines divers : économiques, culturels, socio-économiques, tout en soutenant quelques un des plus grands réseaux associatifs franco-russes : France Oural, le Cercle Kondratieff, le Forum Russie, l’AAJFR, Maxime & Co et d’autres.

pub

Les jeunes coopérants et ancien coopérants actifs dans le projet, avaient servi en Russie et en ex-républiques de l’ancien bloc soviétique. Certains d’entre eux étaient désireux de créer un réseau constitué de jeunes professionnels des pays de l’Est (Russie, CEI, et PECO) décidés à parler d‘une Russie en construction, une Russie d’opportunités.

2008 – Des ambitions trop fortes ?

Thomas fût contraint de stopper le projet pendant quelques temps. Le chantier était immense et le bénévolat avait ses limites. Il tenta alors de développer sa propre activité en freelance et en vécu de 2006 à 2008 tout en accomplissant quelques belles missions. Ne trouvant pas de réelle satisfaction professionnelle dans cette tache, Il dut changer complètement de direction et choisi de prendre un nouveau départ dans le conseil en réduction de coûts pour un grand groupe français lui permis de reprendre le projet sur une nouvelle base fin 2011.

Jusqu’en 2008, les résultats de Russie.fr furent tout de même significatifs…

Voir ici : actions réalisées

2011 – Un nouveau projet pour Russie.fr

Fin 2011, Russie.fr reprend enfin du service après presque 2 ans d’absence, nécessaire pour reprendre des bases solides.

Désormais Russie.fr devient un projet lucratif, toujours animé par la passion et par le désir de valoriser projets et expériences significatives allant dans le sens d’une meilleure reponsabilité sociétale et environnementale. Une partie des revenus générés par le site est reversée directement à des actions de RSE.

Pourquoi acheter sur Russie.fr ?

Il s’agit plus que jamais de rattacher le site à différents réseaux, bloggers et spécialistes qui croient en le potentiel de la Russie, notamment sur les questions de développement durable.

L’ambition de ce nouveau projet est tout simplement de favoriser le développement d’initiatives durables entre France et Russie, tout en vous faisant rêver. Il s’agit donc de parler positif, de créer et d’aller vers le meilleur que la France et la Russie ont à offrir. Vous souhaitant un agréable voyage sur Russie.fr

18 Commentaires

  1. DEMIDOFF

    Bonjour,

    Je voulais vous signaler que j’ai référencer votre blog sur le site d’information sur la Russie : aujourdhuilarussie.com
    cordialement,
    Maureen

    Réponse
    • Thomas Béguin

      Merci Maureen !

      Réponse
  2. LAURENT

    Bonjour,

    J’ai découvert votre site, et le trouve trés intéressant.
    Je suis à la recherche d’en emploi, parlant parfaitemment Russe, étant diplomé du Certficicat Européen de Russe.Je dispose d’expériences professionnelles à Moscou et à Paris.
    Puis je déposer une annonce ou vous envoyer un cv?
    Merci pour votre réponse.

    Réponse
  3. Thomas Béguin

    Merci Laurent,

    ça fait plaisir à lire. Pour essayer de te répondre le mieux possible. Il n’y a pas encore de section “emploi” sur le site. Mais si il se trouve qu’une telle rubrique fasse l’objet d’une demande importante, alors j’en ouvrirai une, pourquoi pas.

    En attendant, je te propose ce lien vers une page provisoire où tu peux laisser ton annonce dans les commentaires. Tu peux aussi y laisser un lien vers ton CV en ligne, par exemple ton profil Viadeo, pour que les internautes puissent te trouver facilement. https://russie.fr/je-cherche-un-job-en-russie

    Bon courage dans tes recherches dans tous les cas,

    Réponse
    • TRESTCHENKOFF Youri

      Bonjour,
      Je viens de découvrir votre site, et j’aimerais simplement compléter votre réponse à Laurent qui recherche un emploi en Russie ou en contact avec la Russie.
      Laurent peut s’adresser utilement à :
      AREP (Association Russe d’Entraide Professionnelle
      42, rue de la Tour d’Auvergne 75009 Paris
      Mail : [email protected]
      Site : http://www.arep.asso.fr
      Ce site comprend des annonces d’emplois.
      Laurent peut contacter le président, Michel Lebedeff.
      Bien sincèrement.

      Réponse
    • Thomas Béguin

      Chose promise, chose due…
      Soon to be continued

      Réponse
  4. De Abreu

    Bonsoir Thomas,

    Très beau site et fière de voir votre réussite et votre détermination pour y parvenir.

    Carina 😉

    Réponse
  5. Thomas

    Merci Carina, ça fait plaisir 🙂

    Réponse
  6. nouhaud roland

    je suis heureux de lire le commentaire de youri avec qui je suis aller en Siberie. ROLAND

    Réponse
  7. Marie Thérèse

    site très intéressant et enthousiasmant. J’ai lu le voyage en Altai.c’est vraiment un voyage au bout du monde,au fond de l’humanité.
    Pour le moment, j’apprends cette belle et difficile langue dans ma Bretagne natale
    Bien cordialement

    Réponse
  8. Albi

    L’actualité chaude du moment et une sollicitation imprévue me conduisent à me documenter sur cet immense et très méconnu pays.
    Certains commentaires d’internautes expriment l’incapacité des Politiques et des bureaucraties à créer un monde sage et paisible auquel toute l’humanité aurait accès.
    L’Histoire entre la Russie et l’Europe géographique de l’ouest aurait du être un pilier de négociation pour une UE intégrant l’ex URSS lors de son effondrement. D’autres occasions ont aussi été ratées.
    Ce sont les gens du terrains qui, par leurs vues avancées (aux sens propre et figuré) sont les plus à même, par leur collaboration, à faire avancer les rapprochements. Votre site et l’existence du domaine Russie.fr sont un pas important dans l’évolution des relations. Merci !

    Réponse
  9. Cédric

    Bonjour Thomas,
    très bon blog.
    Quand je finirais ma formation pour les échecs, je te contacterais.
    Il y a-t-il vraiment un master stratégie échecs en Russie?

    A bientôt,
    Cédric, la réussite au travers du jeu d’échecs

    Réponse
  10. Cédric

    ps:

    Si tu connais un traducteur Russe qui aussi compétent en jeu d’échecs, on en aurait peut être besoin cette année et même pour les années à venir.

    Réponse
  11. Paul

    Bonjour,

    Beau parcours que vous avez là 🙂

    Plus jeune, je suis allé en Russie une fois et ça m’a aussi marqué et même séduit. Je dirais même que, contrairement à pas mal de mes collégues (je suis dans le secteur informatique), je ne rêve pas des USA mais plutôt de l’Est au sens large (Russie, Asie).

    D’où ma question : auprès de qui se renseigner pour approcher des sociétés russes ou des pays de l’Est en général ? Faut il absolument être bilingue russe ? Quels sont les marchés porteurs vers la Russie ? Etc…

    Si vous connaissez des sites, livres ou autres ressources qui abordent ce sujet, je suis tout ouïe 🙂

    Merci par avance.

    Réponse
  12. Ravaux

    Bonsoir Thomas,
    Contente de te retrouver “par hasard” et de découvrir ce que tu fais.
    Fais-moi signe à l’occasion si tu passes près de chez moi !
    Delphine

    Réponse
  13. Frankie

    Enchantée d’avoir trouvé ce site et toues les précieuses informations qu’il contient. L’avenir nous appartient! Il est temps de regarder vers l’Est 🙂

    Réponse
  14. mosset

    bonjour, j’ai eu la chance de visiter l’URSS (pendant les jeux olympiques de Moscou) et enfant j’étais déjà fascinée par ce pays et sa population, j’ai essayé d’apprendre le russe pour être plus proche de la population et dur dur pour être franche, je reviens du transibérien car je retourne tous les 3 ans dans mon pays de rêve, mais malheureusement je passe toujours par une agence de voyage, que me conseiller pour y retourner sans avoir à faire à un guide, et qu’il ne soit pas ruineux non plus, pour être franche avec vous je ne parle pas anglais du tout du tout,
    merci de vos conseils, et cordialement
    `

    Réponse
    • Thomas

      Le mieux pour atteindre un peu d’autonomie,
      est de savoir se débrouiller en russe pour les besoins de la vie courante,

      comme ça, plus besoin de guide, ni d’agence ^^

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]