5 ans pour apprendre le russe ? Non merci !

Vous pouvez lire ou écouter cet article en première partie de l’atelier ^^
Car il est aussi disponible sous forme de podcast ici :

Si vous saviez comment j’ai appris le russe.
Vous vous rendriez compte qu’on se ressemble sans doute plus que vous ne le pensez.

Si vous voulez vous en rendre compte, laissez-moi vous raconter brièvement, comment j’ai appris le russe.

Même si franchement, je vous souhaite de l’apprendre autrement.
Pourquoi ?

Et bien parce que j’ai appris le russe à la manière longue.

Oui, ça m’a pris des années.
Tout ça parce que je m’y suis mal pris.

La bonne nouvelle est qu’il existe des manières bien plus efficaces d’apprendre le russe aujourd’hui. Tout simplement parce qu’il y a eu du nouveau, quelques innovations qui pourraient tout changer.

Et même vous faire gagner un temps fou.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, retenez déjà une chose :
si j’ai réussi à apprendre le russe, alors vous aussi, vous en êtes sûrement capable.

Et puis, je tiens aussi à vous remercier. Et plus particulièrement tous ceux qui ont suivi et participé à ce projet en y apportant leurs contributions (idées et conseils avisés), aux travers de vos nombreux messages et commentaires sur le blog.

Tout cela m’a permis d’arriver jusqu’ici.
Avec vous.

Comment j’ai fait pour apprendre le russe : même “à l’ancienne”

5 ans pour apprendre le russe ? Non merci !

Apprendre le russe en 5 ans : non merci !

Voilà ici toute l’histoire – en 4 points clés :

  1. Comment j’ai comme vous commencé en tant que débutant intégral et comment j‘ai même abandonné le russe purement et simplement.
  2. Comment j’ai fait pour surmonter les difficultés et surtout la frustration de ne pouvoir aligner deux mots de russe en reprenant du bon pied.
  3. Jusqu’où je suis allé grâce au russe que j’ai appris pour réaliser certains de mes rêves les plus fous.
  4. Pourquoi je crois pouvoir vous aider à progresser en russe et comment.

Comment j’ai commencé en tant que débutant intégral et comment j‘ai même abandonné le russe (purement et simplement).

Alors voilà, commençons par le début.

J’ai mis du temps pour apprendre le russe.
Et j’ai bien sûr connu des échecs dans mon apprentissage.

J’ai moi aussi rêvé d’apprendre et de parler le russe couramment.
Ce rêve était au début comme un de ces rêves lointains et inexplicables. Un peu comme l’attirance que j’ai toujours eu pour la Russie. C’était un de ces rêves qu’on envisage pas plus que cela.

Parce qu’au fond de moi, je n’y croyais pas vraiment.

La Russie me paraissait tellement immense et inaccessible.
Sa langue indomptable.

Et j’avais tout un tas de bonnes excuses toutes faites pour éviter de me rapprocher de ce rêve. Comme par exemple… « je suis nul en langues »… « le russe est bien trop difficile pour moi »…   « Et puis de toute manière la Russie c’est trop loin »…

En plus de cela, je n’étais pas très bon élève, voir carrément mauvais en russe.
Mes premières années de russe au collège et au lycée ont été réellement catastrophiques.

J’étais nul ou à peu près.

Et je me trouvais au pied de cette montagne qui semblait impossible à gravir
et pour laquelle, je me sentais très mal équipé.

Plus tard, j’ai découvert que la méthode “à l’ancienne” et “à la française” n’y était pas pour rien. Ça vous dit peut être quelque chose…

J’ai vraiment cru que je n’y arriverais jamais.
Cela paraissait au-dessus de mes forces.

D’ailleurs les profs passaient plus de temps à enfoncer leurs élèves moyens,
plutôt que d’essayer de les tirer vers le haut
.

La méthode “à l’ancienne”, c’est ça (entre autres) !
On vous pénalise au lieu de vous encourager.

Et en France, le russe était enseigné à peu près comme une langue morte (le plus souvent).

… quoiqu’on puisse dire sans risque qu’il y a plus de latin et de grec enseigné dans les écoles françaises, que de russe.

Et puis, j’étais sans doute mal entouré.
Tout le monde disait à peu près ceci : “le russe, c’est vraiment très difficile comme langue”, sous-entendu… “tu n’y arriveras jamais”.

Certains profs par-dessus tout ont clairement tenté de me dissuader d’apprendre le russe.
Et ils m’ont fermé leurs portes… Ils voulaient faire de leur classe une classe d’élite.
Comme si le russe était réservé aux meilleurs et c’est tout.

Alors, je n’étais pas assez ceci, je n’étais pas assez cela
Ok, je n’étais pas un génie, mais bon il ne faut quand même pas exagérer.

Heureusement, je ne les ai pas écoutés.

Et depuis, je sais à quel point j’ai bien fait.

Heureusement, j’ai quand même fini par rencontrer des gens intéressants et sympas.
Ils essayaient, eux aussi, d’apprendre le russe.

Alors, j’ai fait un premier voyage en Russie.

Et là, ce fût le choc.

Une véritable révélation.

Je ne parlais pas un mot après 5 ans de russe.

Mais j’avais malgré tout en moi quelque chose qui bouillonnait en secret pour ce pays extraordinaire… cette passion qui allait me guider et me soutenir pour la suite.

Heureusement qu’il y avait cela. Car en dehors, je rencontrais sans arrêt cette frustration de ne pouvoir aligner deux mots de russe.

Et le peu d’encouragements que j’ai trouvé en France a fait que j’ai même complètement abandonné … pendant un certain temps.

J’étais dégoûté ou pas loin.

Comment j’ai surmonté les difficultés et la frustration de ne pouvoir aligner deux mots de russe en reprenant du bon pied ?

Quelques mois pour apprendre le russe

J’ai donc repris l’apprentissage du russe plus tard et presque par hasard.

Un peu comme on ravive un vieux rêve enfoui.

Je suis parti faire mes études en Angleterre (un hasard de la vie).

Les anglais y enseignent les langues, dont le russe avec d’autres matières.

Et j’ai repris les cours, entourés d’anglais incapables de rouler les « R »…
et pourtant…

Apprendre-le-russe

Il y avait déjà quelque chose d’amusant dans tout ça
(imaginez leur accent en russe, c’était souvent assez drôle…).

Cette nouvelle aventure commençait bien.

Je reprenais donc le russe avec une méthode complètement nouvelle.

ET c’est à partir de là, tout a enfin commencé à changer pour moi.

En reprenant les cours chez les anglais, j’ai compris à quel point une simple méthode pouvait TOUT ou RIEN faire.

Le jour et la nuit !

En changeant de méthode, j’ai enfin commencé à faire de vrais progrès.

Nous avons repris toutes les bases à partir de zéro.

Et j’ai rapidement commencé à faire de petites phrases, à les prononcer et à les enchaîner à d’autres.

A l’écrit comme à l’oral…

J’entrais progressivement dans quelque chose de vaste et nouveau, dans quelque chose de moins contraignant.

Les anglais avançaient intelligemment, plus simplement et en y prenant aussi plus de plaisir.

Mon rêve se transformait peu à peu.

Il devenait de même temps un peu plus réel.

Jour après jour.

Mais au fait, et votre rêve ou votre projet à vous ?
Où en est-il ?

Vos rêves ? Les voici !

Je vous demande régulièrement ce que vous feriez de votre russe,
si vous faisiez des progrès.

Et si vous deveniez suffisamment bon en russe pour vous débrouiller dans à peu près tous les sujets les plus utiles de la vie courante.

Et vous êtes nombreux à me répondre.

Vos réponses sont ici. Enfin pas toutes, il y en aurait beaucoup trop.
J’en ai retenu une centaine : On voit à quel point vos rêves sont variés ici 🙂.

Le plus incroyable avec la méthode anglaise, le voici.

En 1 année seulement, nous avions fait autant qu’en 5 ans de russe en France.

Oui, je sais bien, c’est peut-être difficile à croire.
Seulement avec les anglais, tout était très différent.

Les cours étaient tout d’abord, très clairs et structurés.
Ils étaient agréables à suivre et leurs profs étaient… ENTHOUSIASTES.

Ils tiraient leurs élèves vers le haut.
Et rien que ça, ça changeait beaucoup de choses pour moi.

Faire en 1 an ce que l’on fait en France en 5 ans.
Ça m’a fait réfléchir.
La méthode y faisait beaucoup, bien sûr.

Jusqu’où je suis allé avec mon russe ?

Je me suis préparé pour un premier voyage de 3 mois en Russie.
Et j’ai commencé à envisager d’y travailler un jour.

En 3 ans, j’ai fait 2 stages de 5 et 3 mois.
J’ai vécu dans des familles russes et me suis fait des amis.

Bref, j’ai commencé à vivre mon rêve, en tâtonnant d’abord complètement,
puis un peu moins… puis en y allant carrément.

Lors de mes stages en Russie, j’ai pratiqué les méthodes russes d’apprentissage de la langue.

Là encore, c’était différent.

C’est suite à ces stages que j’ai fini par admettre que nos méthodes françaises étaient franchement obsolètes (au collège et au lycée pour moi).

C’est bien en Russie que l’on croise des gens qui parlent parfaitement le français,
sans avoir jamais mis les pieds en France.

Quand on voit leur niveau, il y a de quoi être impressionné.

Mes profs russes étaient le plus souvent des personnes passionnées par leur métier, intéressantes et méthodiques.

Avec les russes, on prend un concept ou une règle et on en fait le tour.
De même, on prend un sujet et un texte et là aussi, on en fait tout le tour.

Jusqu’à en connaître tous les angles, toutes les tournures.
En pratiquant, en pratiquant, en pratiquant… et ça marche !

Les russes m’ont aussi appris qu’il fallait lire à haute voix.
Ça n’a l’air de rien. Mais cette seule petite astuce vaut tous les exercices du monde.

J’aurais l’occasion d’en reparler en détails pour ceux d’entre vous que cela intéresse.

Alors, si je résume.

J‘ai eu la chance d’apprendre le russe dans 3 pays.

Et d’en comparer les différentes approches.

C’est à dire, les méthodes, leurs avantages et leurs inconvénients.

Et c’est des avantages des méthodes de ces 3 pays que je veux vous faire profiter.

Tout simplement parce que je pense que si ça a marché pour moi,
ça marchera aussi pour vous.

Et vous aussi vous ferez d’énormes progrès.

Sauf que :

  1. Vous n’aurez pas à passer par 5 ans par une très mauvaise méthode comme moi.
  2. Vous pourrez bénéficier des dernières innovations en matière d’apprentissage des langues.

Vous allez donc, faire appel à vos 5 sens aussi souvent que possible pour apprendre,
et mémoriser plus simplement.

Et puis parler, parler, parler en chaque occasion… et dès le début,
sans attendre la 3ème année de cours.

Car, le russe et sa théorie en mémoire, c’est bien.
Mais ça ne remplace pas la pratique. Et même parfois, ça prend le pas sur la pratique.

Et là, c’est bien dommage si vous en êtes là, car il vous manque le plus important :
la capacité de vous exprimer en russe.

Ce pour quoi vous l’avez appris.

Ce que vous allez faire, c’est faire des erreurs, et apprendre de ces erreurs.
Vous allez apprendre à tomber, puis à vous relever en apprenant de ces erreurs, pour progresser.

Et pour le faire bien, il faut aussi être bien outillé,
avec une bonne méthode.
 

Alors pourquoi pas une méthode qui s’inspire des meilleures astuces des russes et des anglais ajoutées aux nôtres ?

Et oui, pourquoi pas ?

Et alors, jusqu’où suis-je finalement allé avec mon russe ?

J’ai réussi à trouver du travail en Russie.

J’ai travaillé en russe avec des collègues russes pour le compte de l’ambassade et pour un groupe français très connu dans l’agro-alimentaire.

Ces jobs m’ont permis de voyager à travers une bonne partie de la Russie.
J’ai visité seul plus d’une vingtaine de grandes villes depuis l’Oural, le Sud à la Sibérie (ces souvenirs-là sont inoubliables).

J’ai aussi eu la chance de visiter les campagnes sur des projets agricoles avec l’ambassade.

J’ai accompagné de nombreuses délégations de français en Russie et de russes en France, pour leur trouver des partenaires d’affaires ou de projet.

Mais pas seulement des russes.

J’ai aussi accompagné des géorgiens et d’autres spécialistes des ex républiques de l’URSS.
A chaque fois ces rencontres ont été immensément enrichissantes.

Avec mes amis russes (en dehors du boulot), j’ai même joué dans des petits groupes improvisés, et je suis monté sur scène à plusieurs reprises (quel pied !).

J’ai rencontré l’amour…

Je suis devenu traducteur / interprète assermenté de russe.
J’ai donc été amené à traduire de nombreux documents officiels ou d’affaires, comme des textes juridiques pointus.

Et j’ai même fait une émission de radio (en France) sur les musiques alternatives de Russie et de l’Est.

Bref, j’ai fini par réussir à faire énormément de choses que je n’aurais jamais cru possibles quelques années avant.

Alors même que tout m’en décourageait au début. 
Voilà en quelques mots jusqu’où je suis allé avec mon russe.

Et bien sûr ce n’est pas fini ! 🙂

Pourquoi je crois pouvoir vous aider à apprendre le russe ?
et surtout comment ?

J’ai eu la chance d’apprendre le russe dans 3 pays dont j’ai suivi les méthodes.

Durant cette d’expérience de plus de 10 ans,
j’ai appris énormément.

Et j’aurais adoré disposer de ces connaissances,
de ces trucs et astuces lorsque j’ai démarré mon apprentissage.

Cela m’aurait économisé bien des années à chercher sans savoir comment faire.
J’aurais gagné énormément de temps.

Et j’aurais pu apprendre beaucoup plus vite et avec beaucoup plus de plaisir.
Et surtout, j’aurais pu accomplir mes rêves.

Celui d’aller vivre en Russie au contact des russes plus rapidement,
pour m’y installer pour de bon, et peut être plus, qui sait ?

Je veux vous transmettre mon expérience et mes connaissances pour vous aider à accomplir votre rêve (ou à vous en rapprocher le plus possible).

Je veux vous permettre d’éviter les erreurs que j’ai faites,
afin que vous puissiez réaliser votre rêve, tout en démarrant sur les chapeaux de roues.

Ça vous tente ?

Car nous apprenons le russe pour des raisons différentes et avec des objectifs différents. Voici à nouveau les vôtres (cliquez ici). Nous sommes tous tellement différents alors que nous rencontrons les mêmes difficultés dans la langue.

Vous m’avez donné l’idée, l’envie et surtout l’énergie d’aller plus loin !

Après un petit sondage (ou deux), vous m’avez confirmé votre souhait d’apprendre le russe avec une méthode clé en main,

qui soit proche de vos besoins, pas à pas,
et qui soit suffisamment étoffée et sans perdre de temps.

Alors je suis parti (à fond) dans la création d’une nouvelle formation de russe qui réponde entièrement à vos souhaits.

J’ai décidé pour cela de mettre le paquet pour vous permettre d’acquérir les automatismes nécessaires pour réussir vos conversations (comprendre et vous faire comprendre) sur les sujets les plus utiles de la vie courante.

Cette méthode s’appelle « Le Russe au Quotidien ».

C’est vous qui m’avez apporté les idées et les concepts pour cette nouvelle formation.

Et je vous en remercie.
Cette nouvelle méthode, je vous en reparle en détails dans quelques jours.

Ce que je vous demande de faire maintenant 🙂

RÉPONDEZ à la question suivante (sous cet article) :

Qu’arrivera-t-il si vous n’apprenez pas le russe comme vous l’entendez d’ici 2 ans, 5 ans ou 10 ans ?

Quelles en seront les conséquences dans votre vie ?

Que ressentirez-vous alors ?

57 Commentaires

  1. Aurelie

    Bravo pour la persévérance ! Je suis expat à Moscou depuis 6 mois, 3 heures de Russe par semaine avec une prof En cours particulier… C’est très subtil comme langue, difficile à maîtriser mais je m’accroche !

    Merci pour tes articles et tes vidéos.
    Aurélie.

    Réponse
    • Thomas

      Merci Aurélie,

      J’espère que l a suite te plaira aussi tout autant (sinon plus).
      tiens sinon, que penses-tu de cette question ?

      Qu’arrivera-t-il si vous n’apprenez pas le russe comme vous l’entendez d’ici 2 ans, 5 ans ou 10 ans ?
      Quelles en seront les conséquences dans votre vie ?

      Que ressentirez-vous alors ?

      Merci 😉

      Réponse
      • Aurélie

        Je serai bien embêtée…avec le sentiment d’avoir perdu mon temps. C’est bien pour ça que ton expérience est très intéressante pour ceux qui veulent apprendre la langue. Ne pas tomber dans les mêmes pièges que toi, choisir la bonne méthode, et surtout, se dire que c’est possible !!!
        Bonne continuation.
        Aurélie

        Réponse
        • Yvon

          Très bien les méthodes Aurélie je vie en russi depuis un an nous pouvons travailler ensemble je parle français anglais italien

          Réponse
    • Merat

      Tout d’abord, moi ça va faire 1 an que j’apprend je russe … Ma prof est génial ! j’ai appris énormement avec elle -que se soit la lecture le vocabualire enfin tout-
      J’apprend je russe car plus tard j’ai envi d’être astronaute ! (qui ne tente rien n’a rien ?)

      Réponse
      • Thomas

        Super Merat,
        tu as des cours dans quel cadre ? à l’école ? cours particuliers ?
        Sinon tu as complètement raison sur le “qui ne tente rien n’a rien”
        A+

        Réponse
      • françois

        j’ai commencé pour la même raison. Ma prof est une des plus sympa du lycée et la seule prof de russe.

        Réponse
  2. Raynald

    Bonjour Thomas ,
    Si je n’apprends pas le Russe dans 2, 5 ,10 ans , un petit échec personnel ,car j’ai 71 ans et c’est surtout et plutôt un très beau passe temps pour moi ! Mieux que de parler du bon vieux temps avec d’autres Ti vieux ! Quoiqu’a l’occasion ça fait du bien ?
    Pas de conséquences majeures , mais je vais continuer quand même , j’aime apprendre et avec votre nouvelle méthode , surprise , d’apprendre plus vite ,sans avoir des moments de relâche ,qui arrivent parfois !
    Je continue et merci de nous aider a garder la FLÂME allumée !
    Je suis déjà abonné ,mais voici a nouveau mon adresse ,

    Réponse
    • Thomas

      Merci Raynald,
      alors à très vite pour la suite, sans quelques jours à peine ^^

      Réponse
    • bournot

      ce serait dommage, pour moi de pas progresser, je me sentirait un peu frustré,mais bon j’ai bientôt 70 ans; si je veux apprendre le Russe c’est plutôt de faire honneur a mon grand pere qui lui était Russe,exactement de Toula au sud de Moscou,d’ailleurs je vais faire un voyage au mois de mai en Russie,visiter la ville ou mon grand pere est né,en tentant peut etre d’y retrouver des cousins enfin c’est le but qui serait pour moi, merveilleux

      Réponse
      • Thomas

        Bonjour Jean Claude,

        si tu en fais un peu régulièrement et si tu suis bien mes conseils,
        tu vas faire des progrès, je n’ai aucun doute là dessus ^^

        Tu as une belle motivation liée à tes racines et ta famille.

        Mais passe plutôt par le groupe privé maintenant que tu fais partie du club 🙂

        a très vite

        Réponse
  3. Melanie

    Un parcours qui me fait rêver. Je suis dans le même cas que toi, du moins le cas dans lequel tu étais au début… La difficulté me semble insurmontable. J’ai la chance de pouvoir bénéficier d’un entourage assez russophone, étant donné que mon petit ami est Russe vivant à Moscou, donc ça m’aide un peu dans mon apprentissage. J’en suis qu’au tout début, une vraie débutante. J’espère un jour, pouvoir avoir un parcours similaire. J’ai la motivation et l’envie.
    En tout cas merci pour cet article vraiment très encourageant qui redonne espoir. Je commençais à me dire que finalement je n’étais peut-être pas assez bonne pour apprendre le Russe.

    Passe une bonne journée !

    Réponse
  4. Thomas

    Hello Mélanie,

    super de lire ça, merci pour ton commentaire.
    un petit ami russe, ça aide ^^

    Ne laisse personne dire on ne serait-ce qu’insinuer que tu n’en es pas capable… même pas toi. ^^
    C’est une pensée “parasite” qui n’apporte rien à ton projet en réalité.

    Après, tu as le droit de faire des pause hein.
    On est pas à l’usine 🙂

    Au fait, que penses-tu de la question posée à la fin de l’article ?
    La revoici

    Qu’arrivera-t-il si vous n’apprenez pas le russe comme vous l’entendez d’ici 2 ans, 5 ans ou 10 ans ?
    Quelles en seront les conséquences dans votre vie ?
    Que ressentirez-vous alors ?

    Réponse
  5. Delphine

    Bonjour,
    C’est vraiment bien un tel parcours. Je me suis lancée dans le russe au lycée.
    J’ai essayé de le maintenir. Maintenant il me reste quelques mots de vocabulaire, très basique. Je peux encore le lire mais je suis assez lente.
    Continuer approfondir le russe serait pour moi un atout. J’aime bien cette langue.

    D’ici 2, 5 ou 10 ans, si je n’apprends pas le russe comme je l’entends… Eh bien en fait, je suis déjà dans cette période là. Enfin, j’apprends le russe comme je peux.
    Si ça ne se fait pas, ce n’est pas grave. Mon but est que je puisse le lire, et me rappeler d’un certain vocabulaire. Je ne pense pas le parler parfaitement mais il n’y aurait pas de conséquences particulière (enfin je ne pense pas). Mais si j’arrivais à le parler, ça pourrait m’ouvrir plus de possibilités. =)

    Réponse
    • Thomas

      Merci Delphine pour ton commentaire 🙂

      Réponse
  6. alain cazier

    Bonjour
    Il ne m’arrivera rien de “bien méchant” si je ne maîtrise pas le Russe, mais ce que je souhaiterais, c’est de suivre la politique menée dans ce pays. Je pourrais “peut être” comprendre les propos tenus de ceux qui gouvernent ce pays et notamment Vladimir Poutine sans qu’ils soient déformés par notre gouvernement ou des médias peut scrupuleux.
    Cela étant je ne suis plus non plus très jeune “64 ans” et j’étudie déjà “seul” l’Anglais, mais je l’utilise tous les jours.
    Bon courage
    Alain

    Réponse
    • Thomas

      Merci Alain,

      l’avantage avec Poutine, c’est qu’il parle plutôt clairement et pas trop vite,
      ça rend son discours assez accessible.

      Et c’est une belle motivation que de prendre les nouvelles “à la source” ^^

      Réponse
    • THIERRY LOMBARD

      Bonjour Thomas,
      Bravo pour ton parcours et ta réussite!
      De mon côté, apprendre le russe est un défi dans mon cadre professionnel et également un souhait de pouvoir visiter ce beau pays sans devoir faire appel à un interprète.
      Je voudrais évidemment pouvoir m’exprimer en russe au plus vite et arriver à comprendre le langage de tous les jours pour mes prochains voyages.
      Devoir y consacrer 5 ans pour obtenir un résultat me semble cependant beaucoup trop long et un raccourci me plairait d’autant mieux.

      Réponse
  7. Mourand

    J’ ai 81 ans. Je viens de terminer un séjour cycliste entre Moscou et Saint Petersburg. . Avant de partir j’ai étudié le Russe pendant presqu’un an. Cela ne m’ pas permis de tenir une conversation. C’ pourquoi je suis curieux de connaître votre méthode. Vu mon âge je ne peux pas attendre 5 ans avant de faire des progrès significatifs. Je souhaite retourner en Russie l’ann prochaine

    Réponse
    • Thomas

      Bonjour et merci pour ton message,

      waou, super voyage,
      et sacré périple, bravo !

      je te donne des nouvelle de ma méthode dans quelques jours.
      tu recevras toutes les information dans mes prochains mails 🙂

      A très vite ^^

      Réponse
  8. David

    Bonjour Thomas

    Pour moi “si” je n’arrivais pas à parler, comprendre et me débrouiller en russe serait plus qu’un échec mais une vie et un projet de vie entièrement raté. Ma femme est russe et je veux vivre en Russie au moins 10 a 20 ans pour la création de mon projet de vie, se serais simplement catastrophique.

    Réponse
    • Thomas

      Merci David pour ton commentaire,

      je te propose de rester connecté à tes email ou sur la page Facebook,
      les portes de la formation ouvrent CE MARDI jusqu’à vendredi.

      Je pense que ça va t’intéresser 😉

      Réponse
  9. Anne Schidlovsky

    Bonjour. Je voudrai parfaire mon russe et lire un peu mieux que maintenant.

    Réponse
    • Thomas

      Bonjour Anne et merci pour ton message,

      ça marche, bien reçu 🙂
      Alors reste connecté, je t’en parle un peu plus dans mes prochaine emails dans quelques jours à peine.

      A très vite ^^

      Réponse
  10. Houari

    J’ai visité plusieurs région de la Russie, j’ai visité la ville d’Irkutsk en Sibérie orientale , la ville d’Irkutsk en Sibérie occidentale, en plus de St peterburg et Moscou biensur. Le Russe est une langue fascinante, que j’essaie d’apprendre dans le but de pouvoir lire en version originale des Romans qui m’ont toujours fascinés et j’ai déjà lus en langue Française.

    Réponse
    • Thomas

      Hello Houari,

      super, belle motivation,

      n’hésite pas à te prévoir des étapes intermédiaire pour y parvenir, je veux dire des étapes simples et atteignables en pas trop longtemps,
      c’est important pour que tu sois content de franchir ces étapes et donc d’obtenir des résultats dans la durée.
      Et pour maintenir ta motivation.

      Et avec ça rien ne pourra plus t’arrêter 🙂

      Je te raconte la suite très vite, dans mes prochain mails (dans qq jours)

      Thomas

      Réponse
  11. Lydia

    Un peu la même (mes)aventure ici. 3 ans de russe au lycée, il y a 25 ans. La prof qui craque en chemin et part en dépression, et sa remplaçante qui se contente de nous faire apprendre par coeur pour les oraux du bac. Avec à la clé un joli 15/20 totalement vide de sens. J’ai essayé par la suite avec des profs particulières, une de Saint Petersbourg, l’autre de Moscou… qui ne devaient pas avoir la formation de prof pour étrangers en fin de compte (l’équivalent du diplôme FLE que j’ai) La dernière m’a dégoûtée, en focalisant sur UN unique point:ma pronciation trop ” française ” et pas assez différente des L durs et L mouillés. J’ai’pensé être nulle et impossible à comprendre et j’ai laissé tomber. Le coup de pied aux fesses a été de croiser une dame russe lors d’une manifestation touristique, de la comprendre a peu près 25 ans plus tard… et de ne pas pouvoir repondre. C’était trop bête! Je m’y suis remise en autodidacte depuis septembre 2017, et un voyage organisé , car je veux y retourner en solo et rencontrer des gens qui y vivent. Je bosse avec des flashcards sur le net pour le vocabulaire , et la méthode Michel Thomas pour l’oral, qui m’a fait comprendre que… tant pis pour mes L franchouillards du moment qu’on me comprend.

    Et je risque quoi avec ma prononciation, à part faire rire les gens si je dis par exemple “pisser” au lieu d'”écrire “? J’aurais tenté le coup.
    Donc si dans 5 ans je n’arrive pas à parler, ban, il n’y aura pas mort de femme, puisque ma vie ne se joue pas la dessus, mais je serais vexée d’echouer une 2*fois.
    Ce qui n’arrivera pas, puisque j’ai 41ans et toute honte bue maintenant par rapport à ma prononciation. J’ai regardé la formation 365, mais comme j’ai un niveau entre A2 et B1, si j’en crois les tests en ligne des écoles de russe, je ne suis a priori pas le public visé n’étant pas une débutante. Je vais regarder cette formation “au quotidien ” qui me paraît plus adaptee à mon cas, en rentrant de vacances et j’aviserai à ce moment. Et en tout cas pas mal peut-être pour compléter ce que je fais par ailleurs, qui est plus littéraire.

    Je bosse beaucoup de mon côté sur des textes poétiques que je tente de décrypter au mieux avec le texte sous la main, et des enregistrements pour la prononciation. J’ai trouvé un site qui est une vraie mine pour ça.

    Le but ultime, en plus de me faire des amis pour le prochain voyage (je sais que ce qui va suivre est étrange ) étant de savourer en vo et au mieux les textes de Serguei Essenine , un auteur dont la photo trônait dans la salle au lycée, dont les textes traduits me plaisaient bien, mais qui me rappelle cet echec initial.
    J’en fais une affaire personnelle entre le ptit Serguei et moi, le lire en VO sans dictionnaire (et à haute voix pour le plaisir des sons) sera ma revanche.En même temps que ma récompense. Avant d’aller découvrir d’autres auteurs bien sûr, pas forcément traduits ou bien traduits.
    J’ai d’autres raisons toutes plus bizarres let précises les unes que les autres encore ( pouvoir chanter les chants et danses de la mort avec une prononciation pas trop moisie en est une)

    Et cerise sur le gâteau, je pourrais surprendre un pote ukrainien avec qui je baragouine 4 mots de russe quand on se croise. Il ne va pas en revenir.

    Réponse
    • Thomas

      Hello Lydia,

      et merci pour ton super commentaire 🙂
      Oui l’histoire de ta prof de lycée est malheureusement classique (j’ai eu la même on dirait) lol

      Les flash cards, c’est pas mal surtout si tu es bien outillés par ailleurs.
      Et oui, l’essentiel est de se faire comprendre, pas d’être parfaite, tu l’as bien compris et ça, c’est top ^^

      Et si tu fais rire les gens en plus, c’est plutôt positif (ils ne t’en voudront jamais pour ça).

      Sinon je vois que tu as plus d’une passion et pas mal de sources d’inspiration et de motivation là dedans, et là aussi c’est top !
      tu as tout ce qu’il faut pour avancer dans la bonne direction.

      Pour la suite, je t’envoie des nouvelles dans les jours qui viennent,
      regarde bien tes emails ces jours-ci ^^

      A très vite,

      Thomas

      Réponse
    • Jean-Michel

      J’ai commencé à apprendre le russe en 1999 avec la méthode Assimil, quand j’ai rencontré celle qui allait devenir mon épouse.

      1 à plus tard, j’allais en Sibérie pour demander la main de ma future femme à son père.

      C’est la que j’ai commencé attention parler… Réellement…
      Depuis, je parle régulierement, mais avec pleins de fautes… J’ai du mal avec les déclinaisons…
      Donc, je parle avec mimétisme, en m’auto corrigeant quand j’en repère une faute.
      Car les Russes ne me corrigent pas… Ils me disent : “bah ! On comprend… Alors pas la peine de corriger… ”
      Mais moi, j’aimerai parler… Correctement… Sans faute…
      C’est juste ca ma frustration….

      On a bien tenté de m’expliquer les règles de declinisons…. Mais ça rentre pas dans ma tête….

      Réponse
      • Thomas

        Bonjour Jean-Michel,

        et merci pour ton commentaire.
        pour les déclinaisons, il y a des méthodes très compliquées et d’autres qui permettent de découper les choses en petits pas, simples à franchir. Je te recommande de lire ceci pour en savoir plus : https://russie.fr/apprendre-les-declinaisons-russes-six-cas

        Et n’hésite pas si tu as des questions ^^

        Réponse
  12. Valérie

    La plus grande difficulté pour moi est de comprendre sinon je peux me débrouiller pour parler. Je bloque beaucoup sur les déclinaisons du à mon côté perfectionniste. J’ ai des amis russophones. J’ écris beaucoup en russe par SMS . Quelques astuces pour la compréhension seraient les bienvenus. J’ apprend le russe depuis 5 ans . Merci

    Réponse
    • Thomas

      Merci Valérie,

      si tu bloques avec les déclinaisons, c’est que c’est peut être le moment d’avancer “autrement”,
      de changer de manière de faire. Surtout si l’actuelle ne porte pas ses fruits.

      Il y a mille et une façon d’avancer en se faisant plaisir, pas à pas.

      Je t’en reparle très vite dans les jours qui viennent.

      A très vite

      Thomas

      Réponse
  13. fabre

    bonjour,
    Si j’apprends un peu le russe , en 1 ans, je ferais le voyage en Russie en espérant de pouvoir échanger avec des russes sinon je n’irais pas. Je ne veux plus visiter de pays en tour opérator. Cela je peux le faire de chez moi.
    Alain Fabre

    Réponse
    • Thomas

      Super Fabre,

      et en 1 an, tu as de quoi faire pas mal de progrès, si tu t’y prends bien.
      Je te propose de rester connecté à la suite qui ne va pas tarder 🙂

      Réponse
  14. Yves

    Pour les ” niveaux moyens ” avoir toujours un petit livre en bilingue dans sa poche.

    Réponse
    • Thomas

      Oui pourquoi pas , ça peut être une bonne idée ^^

      Réponse
      • MARKINE-GORIAYNOFF

        Bonjour
        J’ai 71 ans.
        Mon papa né en 1903 et décédé en 1993
        Mon papa est né à Yalta en Russie
        Maman était belge
        En 1949 c’est la guerre froide. Mon papa n’a jamais revu sa maman ni son frère survivant
        Mon papa n’a jamais voulu m’apprendre le Russe
        Il avait peur que j’aie des problèmes
        Plus tard à l’université je n’avais pas le temps et après en travallant non plus
        Je suis frustré

        Réponse
  15. Torres

    Si je n’apprends pas le russe comme je l’entend ce serai pour moi un échec et je me dirais que je n’en suis pas capable. Du coup j’aurais moins confiance en et je laisserais mes rêves rester des rêves sns chercher à les réaliser..

    Réponse
    • Thomas

      Merci pour ton retour Torres,

      Surtout n’hésite pas à te dire que pour apprendre correctement, tu passeras sans doute par plusieurs étapes.
      La stratégie des petits pas fonctionne très bien.

      Je te donne rendez-vous pour le prochain article / vidéo qui devrait t’intéresser dans quelques heures.

      Réponse
  16. Yolande Fantone

    Bonjour Thomas,
    C’est vrai que ton parcours est atypique et que tu parais être quelqu’un de très volontaire.
    Je ne sais pas si j’aurais eu ton courage.

    Pour répondre à tes questions, ce ne sera pas une catastrophe si j’échoue dans mon apprentissage du russe, seulement une déception!

    Depuis mon voyage en Russie en 2012, je me suis intéressée à ce pays et sa culture. J’ai intégré ma chorale russe en 2013 et je me suis décidée à apprendre cette langue sur le tard (je suis retraitée et j’ai beaucoup de temps…) . J’ai pris des cours dans des associations locales mais je devais toujours “rattraper le train en marche” car il me manquait toujours les bases. Pourtant je continue avec l’association car ça me permet d’entendre du russe et de parler un peu…

    Donc je suis satisfaite de tes formations très structurées “les cas” et “les verbes”. Je pense que vais un peu trop vite, et qu’il me faudra revoir tout ça. Je ne compte pas m’arrêter en chemin. Je referai tous les exercices dans lesquels j’ai fait plus de 5 fautes!

    Je constate quelques progrès et ça me fait plaisir, car lorsque j’apprends mes chansons russes, je fais des liens, je reconnais tel ou tel cas, tel ou tel verbe… même si la construction des phrases est parfois différente dans les chansons.

    Mon premier objectif était de lire mes chansons en russe, et je l’ai atteint. Je connais maintenant un peu de vocabulaire et quelques expressions, je suis familiarisée avec les cas, je commence à comprendre la structure de la phrase… alors que la langue russe me semblait impossible à comprendre il y a encore quelques mois. Evidemment je comprends mieux l’écrit que l’oral, il faudrait que les gens parlent lentement et articulent! Mais j’ai beaucoup appris avec tes formations depuis 3 mois.

    Avec 14 amis de ma chorale russe “Nacha Slavianka” , nous allons à Saint Petersbourg le 28 juillet pour 10 jours, et je compte bien y essayer quelques mots ou phrases… Hélas j’ai pas l’occasion de parler russe avec mes amies russes en France, car elles parlent trop bien le français!!! Et quand elles parlent russe entre-elles, elles parlent si vite!
    Mais parfois je glisse un mot et on me regarde… surpris!

    Réponse
    • Thomas

      Objectif atteint, j’adore lire ça ^^
      Bravo Yolande Fantone,

      Et merci pour ce retour détaillé.
      Pour parler avec des russes, le mieux pour toi est de trouver de nouvelles personnes qui sauront prendre le temps avec toi pour ça

      Tu tiens le bon bout,
      continue comme ça et encore bravo !

      Réponse
  17. SACCA SYLLA Djibrila

    Merci Thomas pour tes conseils. Quelques soient nos objectifs nous nous retrouvons quand même dans tes conseils. Pour moi ce serait très difficile mais mon objectif aussi pour l’apprentissage de cette langue est très compliqué. Je travaille et à la fois j’ai envi de faire une thèse. Je me suis investi et j’ai trouvé une femme mariée qui m’a offert un livre et on faisait le cours par skype. J’avoue que c’était hyper bien aussi je l’aidais aussi en français. Mais malheureusement pour moi elle est tombée enceinte et mon histoire s’est arrêté depuis je cherche mais je n’en trouve pas car je suis africain et les russes sont très méfiant envers nous même quand tu leur offre ton amitié. Voilà un peu mon histoire. Mais j’avoue que c’est génial comme langue.

    Réponse
    • Thomas

      Merci SACCA SYLLA Djibrila pour ton commentaire,
      bon courage quoiqu’il arrive et reste bien connecté, car la suite devrait t’intéresser ^^

      Réponse
  18. Claudine

    J’ai toujours eu envie d’apprendre le russe. Héritage politique familial sans doute.
    Cela fait 7 ans que j’apprends cette belle langue mais entre un boulot très prenant et un enfant de bientôt 4 ans, autant dire que mon temps libre pour bosser mes cours est quasi nul. Du coup je ne progresse pas comme je voudrais :\ C’est frustrant mais pas handicapant. J’arrive à me faire comprendre des Russes mais j’ai beaucoup de mal à lire des livres en russe ou à comprendre des conversations, des films. Trop de mots que je ne connais pas. J’ai un problème de mémorisation : un vrai poisson rouge quand il s’agit du vocabulaire russe alors que j’ai par ailleurs une très bonne mémoire.

    Réponse
    • Thomas

      Merci Claudine pour ton message,
      je pense qu’il te manque juste une pratique régulière, même quelques minutes, disons 4 ou 5 fois par semaine.
      Reste connectée, la suite devrait t’intéresser aussi 🙂

      Réponse
  19. Carine

    Bonjour,

    Je viens d’écouter ta vidéo qui est très sympathique;
    j’ai étudié 2 ans de russe au lycée, ai essayé de le continuer plus tard en cours par la Mairie…. pas accroché à cette période, car ce n’était pas mon niveau. J’ai essayé par moi même seule avec des manuels achetés dans le commerce… pas mieux.
    Néanmoins c’est une langue que j’ai envie de parler à titre perso bien entendu. J’ai dû mal à trouver la bonne méthode qui me permettra d’être plus performante;

    Merci pour tout ceci.

    Réponse
    • Thomas

      Bonjour Carine,

      et merci pour ton commentaire,

      eh oui, le problème des cours en groupe, c’est qu’on est souvent soit plus rapide que le groupe, soit moins rapide et dans les deux cas on se sent frustré de ne pas être au bon rythme.

      Et oui, il y a des centaines de méthodes disponibles, ça n’est pas évident de choisir.
      Justement sur comment choisir, je te propose de lire ceci : 5 points clés pour bien choisir sa méthode
      https://russie.fr/meilleures-methodes-de-russe-tsar

      L’un des critères, c’est de trouver une méthode qui te permette de trouver et garder ton rythme à toi, sans pression parceque tu serais “en retard”, ni “freinée” par les autres si tu es rapide.

      A très vite pour la suite ^^
      ça devrait t’intéresser

      Réponse
  20. Antonio

    Bonjour Thomas. Je suis espagnol et j’habite à Marbella ( Málaga, Andalousie, Espagne). J’apprends le russe pour travailler avec les russe qui viennent ici en vacances. Maintenant je sais lire correctement. L’ aspect du verbe est le plus dure pour moi. Je le laisse et je le reprends depuis deux ans. Quant au russe parlé, je suis incapable de dire: “Enchanté de vous connaitre” quand j’en ai eu l’occasion. Merci de ta façon de nous donner envie de continuer.

    Réponse
    • Thomas

      Merci Antonio pour ton message,

      l’aspect du verbe, c’est un problème courant chez la plupart des élèves de russe,
      pourtant, avec 2 ou 3 cours max, et une belle série d’exercices, ça se règle assez rapidement (si les cours sont bien faits).

      Pour la pratique (et tu as une belle motivation ici), ça peut être très bien de déjà apprendre et répéter uniquement des phrases que tu pourras utiliser presque tous les jours. Commet ça tu les retiens bien plus facilement et tu peux avancer tranquillement.

      Je t’invite avant la suite à lire cet article qui t’apportera sûrement des éléments à prendre en compte dans le choix d’une méthodes adaptées à toi.
      L’article est plutôt complet et il y a peut-être 1 ou 2 éléments clés auxquels tu n’as pas encore pensé jusque là.

      5 points clés pour bien choisir sa méthode
      https://russie.fr/meilleures-methodes-de-russe-tsar

      A très vite pour la suite ^^

      Réponse
  21. junior

    slt moi j’apprends le russe depuis une année càd au moment ou j’écris ce message je m’en sors pas mal mais moi ce qui me motive c’est de voir un étranger parlé russe et grâce a ça je vois les résultats et j’en suis fiers et si au bout de trois ans ou deux je je parles pas russe ce serais une perte de temps considérable car c’est comme être dans le coma pendant deux ans

    Réponse
    • Thomas

      Merci pour ton commentaire Junior,
      Reste connecté pour la suite qui ne vas pas tarder et qu pourrait bien t’intéresser je pense ^^

      Réponse
  22. alain

    Bonjour
    Je sais pas si je dois continuer ,je sais lire doucement ,mais je comprends pas ce que je lis et suis incapable de faire une phrase ,je mélange tout et sais plus comment faire il faudrait carrément un prof a la maison

    Réponse
    • Thomas

      Bonjour Alain,

      et merci pour ton commentaire,

      à te lire, j’ai l’impression que tu n’est plus trop motivé, en tout cas en ce moment,

      sinon, tu ne te poserais pas la question de “continuer ou pas”. Dans ces cas, là, je te recommanderais de te concentrer (prend 1 heure pour ça ou plus si il faut) sur ton projet, ce que tu veux vraiment voir, faire ou vivre en Russie ou avec les Russes… Laisse toi rêver comme si TOUT était possible, vraiment tout. Laisse ressortir tes rêves les plus fous.

      Sur cet exercices, il n’y a pas de limite à se donner à part ton imagination.
      Fais le comme si vraiment tout était possible.

      Et essaye de préciser la description de ce rêve et décrivant les lieux, les personnes ou les dates / saisons où ça se passerait, sur combien de temps et pour vivre quoi.

      Ce genre d’exercice, si tu le fais bien devrait te redonner la motivation.

      Si tu mélanges tout, c’est normal, on passe tous par des phases comme celle-là.
      C’est souvent le moment soit de faire une pause, soit de changer de méthode pour faire différemment, soit de travailler justement à clarifier tout ça, comme tu dis par exemple avec un prof à la maison, ou en tout cas avec quelqu’un qui te suit régulièrement dans la démarche.

      Je t’invite toi aussi à lire la suite avec cet article qui t’apportera sûrement des éléments à prendre en compte dans le choix d’une méthodes adaptées à toi. L’article est plutôt complet et il y a peut-être 1 ou 2 éléments clés auxquels tu n’as pas encore pensé jusque là.

      5 points clés pour bien choisir sa méthode
      https://russie.fr/meilleures-methodes-de-russe-tsar

      A très vite pour la suite ^^

      Réponse
  23. Eli

    Bonjour THOMAS, j’ai pas encore lu votre article mais sérieusement c’est un casse tête d’apprendre le russe. J’aime beaucoup les chiffres ce qui fait que je suis habitué à une certaine logique. Le russe ne se traduit pas mot à mot comme le français. Par exemple(davno) qui veut dire en russe(ça fait longtemps) en français ce sont 3 expressions. J’ai reçu une bourse d’étude pour venir étudier le Génie mécanique et donc si je ne comprends cette langue, je serai mort l’année prochaine dans une compréhension parfaite de ce qui doit mon futur domaine professionnel. J’ignore quelle méthode devrais-je employer ça fait 7 mois que je suis là je comprends peu de choses et parle peu de choses.

    Réponse
  24. Jean

    J’ai écouté avec attention votre commentaire sur l’apprentissage de la langue russe .
    Au-delà des difficultés liées à l’apprentissage des langues étrangères en France :
    Effectifs d’élèves trop nombreux, méthodes parfois désuètes et j’en passe, le bilan
    à mon avis n’est pas aussi négatif que vous le décrivez.
    Je pense plutôt que :
    La langue russe reste en tant que telle une difficulté en soi:
    L’ Alphabet cyrillique ne se maîtrise pas comme l’alphabet latin,
    les subtilités des déclinaisons russes se compliquent à l’envi,
    Complexité des mots avec parfois 5 consonnes qui se suivent etc
    J’ai sans trop de difficulté pu m’exprimer en allemand ou en anglais en 3 à 4 ans
    Ce n’est pas vraiment le cas en Russe et loin s’en faut !
    Au bout de quatre années , toujours des difficultés à formuler des phrases simples.
    J’aimerais donc savoir par quelles méthodes pédagogiques précises, vous avez pu résoudre les difficultés
    auxquelles vous avez été vous aussi confronté lors du début de votre apprentissage de la langue russe.
    Cordialement

    Réponse
    • Thomas

      Bonjour Jean et merci pour ton message,

      Je fais simplement un constat ^^

      Ma pédagogie vient de nombreuses méthodes que j’ai eu le temps de suivre en 25 ans d’expérience de la langue.
      Ces méthodes françaises, anglo-saxonnes et russe d’apprentissage du russe avaient toutes du bon et du moins bon.

      J’ai passé des années à en tirer le meilleur pour développer mes formations et en fonction de ce qui aide le plus efficacement mes élèves.

      Mais pour aller dans le concret :

      – L’alphabet cyrillique s’apprend en 7 jours pour des élèves moyens,
      par exemple avec ceci : https://russie.fr/apprendre-alphabet-cyrillique

      – Les déclinaisons en 4 à 6 mois (à condition d’avancer pas à pas)
      Selon ces principes : https://russie.fr/apprendre-les-declinaisons-russes-six-cas

      Après apprendre une langue nécessite toujours un effort sur la durée.
      Et cet effort peut être inefficace ou efficace en fonction de l’état d’esprit des élèves et bien sûr de la qualité d’enseignement qui est essentielle. C’est surtout là que les offres sont très inégales.

      N’hésite pas si tu as besoin de plus d’informations ^^

      Réponse
  25. croquet olivier

    Bonsoir Thomas,

    je serais déçu de ne pas pouvoir me faire comprendre en russe dans un futur voyage en Russie sans variant delta….
    Je viens de finir le locatif et ne compte pas m’arrêter. Mais il est vrai que j’ai eu envie de faire du duolingo en même temps pour me changer les idées, ce qui m’a ralenti, peut-être dans mon apprentissage, en plus de mon job habituel

    Bien cordialement,

    Olivier

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOS CADEAUX OFFERTS

PROGRAMMES D’ACCOMPAGNEMENT

Le-Déclic-Russe-Formation-de-russe-Débutant - formations de russe
La formation au Cas par Cas - Les Cas (déclinaisons)